[James McAvoy Challenge] Wanted

wantedafficheAttention article qui contient un langage fleuri.

Souvenez-vous, Filipa du blog Sweet Madness lançait il y a quelques temps le James McAvoy Challenge, défi consistant à voir et à critiquer chacun des films de la filmographie du jeune homme éponyme. Après Jane, je vais vous parler du film que je redoutais le plus de regarder, Wanted : choisis ton destin. Déjà, le titre est tout sauf rassurant, on dirait un slogan de pub pour une marque de yaourt marketé pour les hommes (yerk!). En plus, il y a Angelina Jolie au casting et manque de bol, je ne l’aime vraiment pas (je la trouve totalement insipide comme comédienne). En plus, j’avais vu un épisode de Myth Buster (une super émission qui analyse scientifiquement des faits pour démontrer si c’est vrai ou pas, un peu comme on n’est pas que des cobaye sur France 5 mais en plus américain) qui disait que c’était vraiment n’importe quoi ce film. A priori très très négatif donc. On peut remercier Direct 8 de décider de passer Wanted un soir où je n’avais rien de mieux à faire ou à voir. En plus, ils proposaient la version multilingue (ce qui reste trop rare à mon goût) ce qui m’a permis d’apprécier au mieux le film.

Wanted, ça raconte quoi ?

James maîtrise à merveille le placement de main Qui veut dire "Aidez moi à crever"

James maîtrise à merveille le placement de main Qui veut dire « Aidez moi à crever »

Wesley Gibson a une vraie vie de merde. Un boulot pourri, avec une chef tyrannique qui passe son temps à lui hurler dessus (et à faire claquer sa putain d’agrafeuse), ses collègues se moquent de lui, sa copine,avec laquelle il vit dans un appart moisi en bord de voie ferrée, le trompe avec son meilleur ami. Une vie tellement pourrie que n’importe qui de normalement constitué aurait envoyé bouler. Mais non Wesley tente de calmer ses angoisses (parce qu’il a des angoisses, ça t’étonne?) à grand coup d’anti-anxiolytique.

Faire ses courses et se faire emmerder par Angelina Jolie, le dur quotidien de James.

Faire ses courses et se faire emmerder par Angelina Jolie, le dur quotidien de James.

Heureusement pour lui, un jour, Fox (Angelina Jolie), débarque dans un magasin et lui sauve la vie. Elle lui apprend au passage que son père (qui l’avait abandonné juste après sa naissance) était un tueur à gage faisant partie d’une secte « La Fraternité » qui existe depuis des millénaires et qui tue selon les recommandations d’un métier à tisser. Ouais, un peu bizarre. Au passage, papounet vient juste de se faire descendre par un ancien de la fraternité. Et Wesley, se retrouve donc à rejoindre la Fraternité et à devoir venger son père (dont il est censé n’en avoir rien à foutre vu qu’il le connaît pas et qu’il l’a abandonné pour kiffer sa vie de tueur).

Alors ce film, il est bien? 

Franchement ? Bof. Moins pire que ce que je pensais, mais je n’ai réussis à le suivre que d’un œil. Le gros point négatif, c’est les scènes d’action (dommage pour un film qui se base là-dessus). Je les ai trouvées très chiantes. Ca boume-boume dans tous les sens, la caméra se pose mal, les courses-poursuites n’ont ni queue ni tête, ça explose, ça fait du bruit mais c’est ennuyeux. Aucune originalité, aucun enjeu réel, je ne me suis jamais inquiétée pour les personnages dans ces scènes là.

Pour se muscler, James soulève des pistolets.

Pour se muscler, James soulève des pistolets.

Sans compter sur le manque de réalisme de ces scènes (et d’autres éléments du film dont je ne peux parler sans vous spoiler le film). Si vous voulez de la « bonne » violence, revoyez plutôt Sin City ou encore Fight Club.

WantedWet

Justement, Wanted louche souvent vers ce film culte sans jamais lui arriver à la cheville. Les premières scènes autour de Wesley rappellent vaguement la narration autour du personnage principal jamais nommé de Fight club joué par Edward Norton tout comme le message qu’il essaie de porter et qui présente des similarités. Pour autant, le manque de profondeur du personnage et du scénario empêche Wanted d’arriver même à la cheville de Fight Club. Néanmoins, les scènes plus « psychologiques » sont assez sympa. On a un peu l’impression que le film n’a pas su choisir son angle, oscillant trop entre le divertissement et le film pour un public plus restreint, C’est vraiment dommage. Ca donne quand même envie de jeter un œil au comic qui est à l’origine du film.

Et James McAvoy dans tout ça (c’est pour lui qu’on est là quand même)?

James torse nu. Un argument à lui tout seul.

James torse nu. Un argument à lui tout seul.

Alors, lui, il est vraiment parfait ! Evidemment, il joue bien. Le rôle lui correspond complètement : un loser total, un mec quelconque qui devient un génie du flingue. Souvent sur le fil, il m’a fait pensé à Dicaprio dans certaines scènes (et c’est un compliment), torturé par ses choix. Point bonus, pas mal de scènes torse-nu, sachant qu’en plus, il a pris 14 kilos de muscle pour le film (sur son petit gabarit c’est juste parfait, il est pas trop musclé).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mélanie

Cet article, publié dans Films, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour [James McAvoy Challenge] Wanted

  1. yeles dit :

    Je ne peux que plussoyer… Ce film est décevant mais James est une agréable compensation… Angelina Jolie, honnêtement, je ne vois toujours pas ce qu’on lui trouve. Je la trouve vulgaire et insipide dans son jeu.
    Bref, ça aurait pu être fun, mais juste plutôt loupé. Dommage. (J’attends les critiques de Starter for ten, Narnia et Atonement avec impatience ^^ t’as déjà fait Penelope non ?)

  2. Ashtray-Girl dit :

    C’est clair que le film en lui-même est pas terrible. Après, effectivement, James torse nu est bel et bien un argument à lui tout seul… 😀

  3. Le Poupou dit :

    Je suis plutôt d’accord avec vous. Wanted n’est pas un très bon film, mais je ne crois pas qu’il ait la prétention d’être un grand film. Contrairement à vous, moi j’aime assez les scènes d’action. Mais chaque fois que je le vois, je repère tous les petits défauts, particulièrement dans le jeu de James. Je ne trouve pas, par exemple, que son accent américain soit très « authentique ». Il est nettement mieux dans The Conspirator. Cela dit, j’ai vu plusieurs fois tous les films de James McAvoy, ainsi que toutes les séries télé qu’il a faites. Il ne me manque que les pièces de théâtre. Si vous voulez vraiment vous faire plaisir, voyez les deux premières années de Shameless (qui l’a fait connaître au grand public britannique; je vous mets au défi de ne pas tomber amoureuse de lui dans le rôle de Steve), et surtout, The Last Station, où son jeu est d’une finesse rarement égalée. Vous pouvez aussi trouver son premier film, The Near Room, dans lequel il joue un tout petit rôle. Mais alors! Quel jeune talent! Surtout lorsqu’on songe qu’il n’avait aucune expérience ni formation d’acteur, et qu’il n’avait que 16 ans. Il est aussi excellent dans Atonement, évidemment, et The Last King of Scotland, film pour lequel il réussit le tour de force de nous faire aimer et détester son personnage. J’ai vraiment hâte de voir Filth, qui lui permet de salir son image de jeune premier propre sur lui.

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s