Il était une fois en France

imagesAttention, BD atypique et qui au premier regard pourrait vous laisser indifférent. Mais l’aspect historique est tellement bien amené et palpitant au final, qu’on comprend vite que l’on va engloutir les 6 tomes. Et le Prix de la Série 2011 à Angoulême n’est pas volé. Embarquez dans les heures sombres de la France, en suivant un personnage au combien ambigu et controversé : Joseph Joanovici. Mêlant fiction et réel, Fabien Nury et Sylvain Vallée retracent la grande Histoire à travers un destin sans pareil.

Orphelin, immigré, ferrailleur, millionnaire, collabo, Joseph Joanovici fut tout ça à la fois et bien plus encore…

Bien évidemment, cette série n’est pas à mettre entre des mains trop jeunes, mais c’est parfait à partir de 15/16 ans. Le premier tome peut paraître un peu confus avec des allers et retours entre plusieurs périodes, pour poser les personnages, leur jeunesse et le nœud de l’histoire qui se situe après la fin de la deuxième guerre mondiale. Laissez l’atmosphère vous imprégner, le reste découlera de lui-même dans les autres tomes. Et le rythme s’emballe dès le deuxième pour ne rien lâcher jusqu’à la fin. Pas de baisse de régime, toutes ces années noires ne laissent guère la place à l’ennui ou au répit.

joseph3

Plusieurs choses m’ont marquée, mais en tout premier lieu, c’est la force des personnages et leurs interactions qui me reviennent en tête: Joseph qui, même dans ses comportements les plus durs, montre un vrai bonhomme à l’instinct de survie surdéveloppé, accompagné de ses failles, de ses doutes, de ses emportements, bref tout ce qui le rend humain. Même sans le comprendre, on ne peut qu’être interpellé par cette vie qu’il se forge, se demandant souvent si on aurait agi pareil avec les mêmes cartes en main. Quant à son ennemi juré, « le petit juge de Melun », on s’accroche à ses pas, pas forcément convaincu de la ténacité avec laquelle il traque sans relâche le ferrailleur millionnaire, mais on est pris dans ce combat sans fin, ou presque.

bjkeshfza

La place de la famille et des femmes est aussi très bien reprise dans cette saga, nous replongeant dans une société et une hiérarchie sociale d’un autre temps et qui subissait de force des mutations profondes.

Quant à la trame historique, riche de plusieurs points de vue, si elle n’innove pas sur ce qu’on sait en général de la France sous l’occupation, elle sait être enlevée, concise et choc par moment pour nous tenir en haleine.

Les dialogues et les silences sont justement dosés, les couleurs entre sépia et jours tristes nous plongent dans une atmosphère oppressante de survie, de peur, mais aussi de combat et d’obstination. Personne n’est vraiment à l’abri, collabo comme résistants sont montrés sous plusieurs facettes, les plus pourris n’étant pas forcément les loups que l’on nous apprend dans les manuels d’Histoire.

sans-titreLu en intégralité en trois jours (oui, il faut bien que je travaille et que je dorme aussi ;)), chaque fin de tome me laissait sur un pic de suspens, et la fin m’a donné » matière à méditer sur pas mal d’aspects de la nature humaine. Interpellée, fasciné captivée, mission remplie par ces BD de haute qualité.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Roseline

Il était une fois en France, de Fabien Nury et Sylvain Vallée, Editions Glénat (6 tomes).

Advertisements
Cet article, publié dans Lectures, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s