Rachid Badouri : Arrête ton cinéma !

vz-04ff1508-9f50-4b06-8509-e62814bbd056Surtout pas, bien au contraire ! C’est par hasard que je me retrouve vendredi 21 décembre au Théâtre Le Temple à Paris pour débuter en rire mes vacances de Noël. Inconnu pour moi au moment où nous prenons les places, je tente le spectacle comique sans savoir qui j’aurai en face de moi. Et bien m’en a pris car je suis ressortie avec un tel sourire et des papillons dans le ventre que je ne peux que vous le recommander. Connu et reconnu au Québec, le jeune homme commence à se faire un nom sur Paris. Protégé du Comte de Bouderbala et d’Arthur (no comment), il est depuis quelques temps dans l’émission Vendredi, tout est permis. Jamais vu, je regarde peu la télé, je me retrouve dans une salle pleine à craquer pendant une semaine plutôt creuse à cause des achats de Noël. D’ailleurs je vous recommande aussi ce théâtre. Plusieurs salles, des portraits en ombre sur les murs d’artistes musicien, chanteur ou comiques et une jolie scène cernée de lampes comme sur les miroirs des loges.

671

20h pétante, le show démarre avec un jeune homme d’une classe folle et surtout une énergie incroyable. Alors, on a déjà vu le québécois d’origine arabe avec Gad Elmaleh, et pourtant, bien qu’on essaye de les associer, pas de soucis, Rachid se démarque de son confrère. Son spectacle repose sur le retour sur son enfance et sa jeunesse, partagé entre deux cultures mais aussi les affres de l’adolescence que nous avons tous connus (non, ne vous mentez pas, assumez ! ;) ). Et ça passe par différents personnages, de différentes origines et c’est un régal. Si on peut trouver le tout un poil too much, il rééquilibre le tout en commençant par se moquer surtout de lui-même. Et tout rentre en jeu, dans la lignée de Courtemanche et d’Anthony Kavanagh sans jamais les imiter. De ses orteils à sa voix, jusqu’à la pointe de ses sourcils, à la seconde, il incarne son personnage. Mon préféré, son père autoritaire et un peu perdu dans les lubies de son fils, mais capable de le casser en deux vannes. Une tendresse particulière aussi pour le squetch qui raconte son premier voyage au Maroc, de l’or en barre. Et pour les jeunes trentenaires, la sélection musicale vous transportera au cœur des années 80/90 au point d’avoir des sacrées fourmis dans les jambes.

Dans la salle, toutes les générations se côtoient et les rires sont vrais et nombreux dès le début. Et ce que j’ai apprécié c’est qu’il intègre un peu de stand up et s’appuie sur certaines personnes du public mais jamais sans méchanceté. Et dans son sourire, on aperçoit une générosité envers son public très forte. Non, pas du tout, je n’ai pas craqué sur lui, ou si peu…

Rachid-Badouri1111111

Au niveau de l’écriture, belle fluidité avec de vrais liens dans ses vannes. La première sur un thème peut paraître juste bonne, mais réutilisée quelques minutes plus tard dans un contexte qui à priori n’a rien à voir, il en tire toute la profondeur et rien que de faire le lien décuple le plaisir. Et les chorégraphies sont vraiment pas mal. Oui, je suis une midinette, mais même la gent masculine reconnaît son talent de danseur.

1 heure 20 que je n’ai pas vu passer, des yeux qui brillent sur scène et dans le public et l’impression de quitter quelqu’un qui en a encore sous le pied et une marge pour encore progresser. Aller voir Rachid Badouri pour lutter contre la sinistrose ambiante !


Rendez-vous sur Hellocoton !

Roseline

Au théâtre Le Temple jusqu’au 31 décembre 2012 (20h)

La cigale les 22 et 24 février 2013.

Rachid Badouri on Facebook

Cet article, publié dans Loisirs, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s