Wallander: Branagh made in Suède

Avant d’avoir entendu parler de la version britannique (première saison diffusée en 2008 sur BBC One) de cette série suédoise, je n’avais pas franchement eu envie de me pencher sur les bouquins. Car oui, Wallander, à la base, c’est un héros littéraire, créé par Henning Mankell, et personnage principal d’une série de huit romans policiers. Mais ça, on n’y reviendra peut-être plus tard…

J’étais également passé à côté de la version suédoise, diffusée en 2005 en Suède et en 2007 en France. Et puis, dernièrement, je suis retombé en amour avec Kenneth Branagh… Acteur sublime devant l’éternel, qui me fait tourner la tête depuis mes 11 ans, âge auquel j’ai découvert son « Beaucoup de bruit pour rien » et son talent par la même occasion. Bref, Kenneth, je le kiffe !
Nous voici donc en Suède. Moi, la seule chose que je connais de là-bas, c’est Ikea. Bien sûr, depuis, on a découvert toute une littérature « venue du froid » (notamment avec Millenium), mais il faut être honnête, notre plus vieux rapport avec ce beau pays, c’est donc Ikea et les Krisprolls. Comme beaucoup aussi, j’ai une image un peu idyllique du modèle suédois. Je dis un peu, car la réalité, comme dans n’importe quel pays d’ailleurs, est bien différente. Mais passons, on n’est pas là pour parler politique !

A l’occasion de la re-sortie en DVD (cet été) des deux premières saisons, je me suis donc fait plaisir. Et quel plaisir ! Posons tout d’abord rapidement le décor….

Le guerrier solitaire (saison 1, épisode 1)

Sous les yeux impuissants de Kurt Wallander, une jeune fille au regard terrorisé, s’immole dans un champ de colza. Le lendemain, les policiers découvrent sur la plage le corps affreusement mutilé d’un ancien ministre de la Justice. Kurt Wallander, en charge des deux enquêtes, se rend malheureusement vite compte que le cadavre de la plage n’est que la première victime d’un tueur froid et calculateur : après l’ancien ministre, ce sont un marchand d’art puis un truand qui sont à leur tour tués à coup de hache et scalpés. Quel monstre se cache derrière tout ça ? L’équipe de Wallander entame une course contre la montre pour arrêter le tueur…

On arrive donc à Ystad, ville côtière du sud de la Suède, son port, ses pêcheurs, ses landes désertes… Et son commissariat. On y découvre Kurt Wallander, commissaire. Rapidement, on sent ses failles, sa vie de policier l’a usé. Il promène son air torturé d’enquêtes en enquêtes, et c’est le visage d’une autre Scandinavie qu’on voit à travers ses yeux. Wallander est incroyablement humain, sensible. Si vous vous attendiez à tomber sur l’inspecteur Harry, passez votre chemin. Je me suis vite laissé emporter dans ces histoires. La réalisation, parfaitement soignée, va de larges plans sur la campagne suédoise, à des plans rapprochés sur les visages des protagonistes.

Kurt Wallander et Anne-Brit (Sarah Smart)

L’équipe de Wallander est un peu invisible autour de lui. Elle le supporte, certes, mais par moments, il leur semble un peu inaccessible. Notre héros n’est pas chaleureux. Sa vie privée semble être aussi brisée que sa vie professionnelle : séparée, bientôt divorcée, père d’une fille qui tente tant bien que mal de percer sa carapace, fils d’un père (David Warner, impressionnant) qui sombre doucement dans la maladie… Kurt Wallander n’a que très peu de moments de répit. Voir pas du tout. Tout cela pourrait sembler déprimant. Mais pourtant, non. Et croyez-moi, je déprime très facilement (supprimer le chien dans une histoire, et vous me gâcher ma journée !). Les histoires sont si bien menées, et surtout, le jeu de Kenneth Branagh est impressionnant de justesse. Et, ce qui ne gâche rien, le reste du casting est d’aussi bonne qualité. Des personnages effacés, et pourtant présents, qui apportent tous quelque chose. Ils sont forts ces Britanniques ! Et je ne peux bien évidemment pas passer sur mon chouchou, Magnus Martinsson A.K.A. Tom Hiddleston A.K.A. Loki (Thor, Avengers, Thor 2 à venir…) : la cerise sur le gâteau ! Bon, même s’il est vrai que je lui ficherais des baffes à son perso… !

Mon ptit plaisir… ^^

Cette série a un grand succès, que ce soit public ou critique. Entre chaque saison, deux ans d’attente ! Que c’est long… La saison 3 a été diffusée cet été sur BBC One. Autant vous dire que la sortie DVD, c’est pas pour tout de suite…

Pour résumer : si vous hésitez depuis un petit moment à vous lancer dans Wallander, n’hésitez plus. Déjà, ça ne vous prendra pas beaucoup de votre temps (deux saisons de trois épisodes, ça va, c’est gérable !), et surtout : la qualité du programme est indiscutable. Que ce soit la réalisation, le jeu des acteurs, les histoires… C’est un délice, et c’est très agréable d’avoir un programme de cette qualité, ça change de ceux qui nous prennent pour des imbéciles.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Stéphanie

Wallander, saison 1 et 2 disponible en DVD.

De Richard McBrien et Richard Cottan, avec Kenneth Branagh, David Warner, Sarah Smart, Tom Hiddleston, Jeany Spark…

Cet article, publié dans Séries, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Wallander: Branagh made in Suède

  1. Sam dit :

    T’as oublié Eskobar en plus des Krisprolls et Ikéa!!😉

  2. J’attends la saison 3 avec impatience. Seul bémol… pas de Tom Hiddleston dans la saison 3 ça va me manquer de pas vouloir mettre des claques à Martinsson pendant les épisodes😦

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s