Boardwalk Empire : ballade au pays des mafieux

C’est MA série gangsters/années folles depuis quelques mois. Déjà deux saisons impeccables de douze épisodes chacune. Et si je vous en parle aujourd’hui, c’est parce que la saison 3 a démarré hier soir sur HBO. Oui, la même chaîne qui diffuse Game of Thrones, ils envoient du lourd. Et quand en plus il y a Martin Scorsese et Mark Wahlberg (ils avaient déjà travaillé ensemble sur Les Infiltrés) à la production, c’est juste un régal. Et l’épisode pilote d’une heure et demi est réalisé par Scorsese him-self : un petit bijou. Inspiré du livre du même nom de Nelson Johnson.

Saison 3 😀

Atlantic City, 1920, début de la prohibition. Fin de l’alcool ?? Que nenni ! Ce n’est que le début d’un marché fleurissant et très lucratif mené par les mafieux du coin. Nucky Thompson (Steve Buscemi), trésorier de la ville en est le grand ponte. Un frère sheriff de la ville, un maire dévoué à sa cause et un poulain revenant des tranchées, ses affaires prospèrent. De deal en corruption, en passant par le meurtre et les Guet-Apens, chronique d’un commerce illégal sous haute tension…

Excellentissime ! Enfin pour qui aime les films de gangsters of course ! Chaque épisode est traité aussi finement qu’un long métrage de cinéma, des décors au casting en passant par le scénario qui est de très haute qualité. D’ailleurs à ne pas regarder la tête pleine ou fatiguée, trop de tensions, de complexité, vous risqueriez de passer à côté. Au bout de deux saisons, je dois admettre que certains épisodes sont un peu plus plats, notamment dans la première saison quand on s’intéresse un peu plus aux femmes de ces mafieux. Mais au final, tout ça prend sens dans la deuxième partie de la saison 2. Oui, en écrivant ces lignes, je suis encore sous le coup des fortes émotions et des retournements de situation des deux derniers épisodes. Je ramasse donc ma mâchoire. Et ça sabre sec, même des personnages capitaux, auxquels on ne s’attendait pas (tiens, tiens, comme dans Game of Thrones 😉 ).

Des décors à tomber…

Et ça commence dès le générique, résolument rock ( Straight Up and Down de The Brian Jonestown Massacre) avec des images de Nucky et de toutes ces bouteilles à la mer, roulant sur les flots, se fracassant sur les pontons pour certaines, flottant sur l’océan, porte ouverte au trafic. Pour terminer sur des guitares saturées, Nucky marchant résolument sur les eaux vers la promenade (boardwalk) du front de mer. Dieu ou Messie d’Atlantic City ? En tout cas, l’image est forte, je ne zappe jamais ce générique !

Y a du bonhomme!

Et on plonge dans cette Amérique des années 20, maisons, immeubles, hôtels, voitures, costumes, accessoires, tout est parfait ! Et dans les mœurs aussi : du Klu klux klan, à la condition des femmes riches ou pauvres, aux embrouilles entre irlandais, italiens et polonais, on vit de très près cette Amérique faussement puritaine, au melting pot pas si convivial que ça. Mais dès qu’il y a du business à faire, la couleur et les origines s’oublient très vite, pour mieux se poignarder dans le dos quelques temps après… Attention, chochottes s’abstenir (rien de péjoratif, je ne fais pas ma fière tout le temps, loin de là ^^). Pas mal de violence (jamais gratuite) et peu de choses sont masquées pendant les règlements de compte, torture et autres raffinements…

Et je suis à chaque fois emportée par la musique : standards nasillards de l’époque sur tourne disque à faire pâlir un antiquaire. Ce que je préfère c’est le décalage d’une voix de femme s’étiolant à chercher l’amour en chansons gnan-gnan sur des fins de scènes choc avec cadavres. Ou bien un petit fox-trot entraînant nous ramène à l’univers de fête et de légèreté de surface de ces années-là.

C’est la fête, c’est la fête, ma minette…

Je termine par le casting chargé avec une pléiade de seconds et de troisièmes rôles qu’on repère mal au début, mais comme dans Game Of Thrones, on finit par bien intégrer tout le monde, alors même que les alliances basculent d’un épisode à l’autre.

Nucky Thompson incarné par Steve Buscemi, des seconds rôles tout au long de sa carrière (The Big Lebowski, Reservoir Dogs…) est un mélange très fin de gentleman avec une main de fer dans un gant de velours…Ca peut prendre du temps, mais sa vengeance est toujours vive, sans concession et auréolée d’une classe folle. Porté aux nues ou au fond du trou, il n’y a que lui qui connaisse les vraies règles du jeu. Normal c’est lui qui les crée et manipule les autres pions à sa guise…. RE-DOU-TA-BLE !

Jimmy Darmody, le poulain qui n’aspire qu’à faire ses preuves. Torturé par ses souvenirs des tranchées, son enfance chaotique avec une mère trop jeune, manipulatrice et castratrice, il n’a foi qu’en un tuteur, Nucky. J’ai bondi en le voyant la première fois : c’est Michael Pitt, Henry, le petit copain timide de Jane Linley (Michelle Williams) dans Dawson il y a une dizaine d’année. Des faux airs de DiCaprio à l’époque, il a bien grandi et pris une belle carrure d’acteur depuis.

Richard Harrow, ami de Jimmy Darmody, rencontré à l’hôpital, c’est un tireur d’élite de la grande guerre, gueule cassé. Il est absolument génial de retenu, de douleur, de souffrance, mais aussi de douceur et de violence. Jack Huston qui l’interprète, peu connu pour le moment, ne devrait pas rester dans l’ombre de son masque longtemps.

Qui dit prohibition, dit police. Voilà l’agent Nelson Van Alden, envoyé de l’état (et apparemment de Dieu aussi) pour guérir tous ces pêcheurs de manière radical. Une personnalité forte et perturbée par un combat qui semble trop dur pour un homme de foi trop rigide et empêtré dans son carcan. Michael Shannon, son interprète, a une gueule incroyable, passez-moi l’expression. Il est effrayant et sa voix de stentor ferait trembler un grizzly. Et quand ses certitudes s’effondrent, que la réalité de la vie le rattrape, il est incroyable de justesse.

Je m’arrête là. Sachez que la trentaine de rôles est toute de ce calibre et que la qualité de ne faiblit jamais. Et on découvre les débuts d’un petit nouveau dans le business: Al Capone! Allez, un petit Whisky pour la route ?


Et ce générique si entêtant!

Rendez-vous sur Hellocoton !
Roseline, pro de la mitraillette Thompson !

Boardwalk Empire: saison 1 et 2 en DVD/Blu-Ray

Saison3 en cours de diffusion sur HBO

Advertisements
Cet article, publié dans Séries, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s