Confession du jour: Confessions d’une Accro du shopping, de Sophie Kinsella

Mon péchê mignon…

Oui, oui, oui : je lis la série de Sophie Kinsella. Oui, oui, oui : je lis les aventures futiles de Becky Bloomwood, jeune Londonienne de 25 ans (au début de la saga) qui ne peut s’empêcher de se mettre dans des situations pas possibles juste pour acheter, acheter, acheter…

Et vous savez quoi ? J’en ai même pas honte ! Enfin, plus maintenant… Enfin, au boulot, j’en parle pas… Mais peut-être que de le crier ici, à la face du monde, m’aidera à l’assumer pleinement ! Bon. Vous ne connaissez pas ? Voici la quatrième de couverture :

« Votre job vous ennuie à mourir ? Vos amours laissent à désirer ? Rien de tel qu’un peu de shopping pour se remonter le moral… C’est en tout cas la devise de Becky Bloomwood, une jolie londonienne de 25 ans. Armée de ses cartes de crédit, la vie lui semble tout simplement magique ! Chaussures, accessoires, maquillage ou fringues sublimes… Rien ne peut contenir sa fièvre acheteuse, pas même son effrayant découvert. Un comble, pour une journaliste financière qui conseille ses lecteurs en matière de budget ! Jusqu’au jour où, décidée à séduire Luke Brandon, une jeune et brillant businessman, Becky s’efforce de s’amender, un peu aidée, il est vrai, par son banquier, qui vient de bloquer ses comptes… Mais pourra-t-elle résister longtemps au vertige de l’achat et à l’appel vibrant des soldes ? »

Le choc des cultures…

Alors d’accord. Oui, c’est de la Chick-Lit’ purement superficielle, sans aucun enjeu intellectuel, on est d’accord. Mais des fois, ça fait du bien. J’ai dévoré le premier tome des aventures de Becky, puis le second, puis le troisième, puis le… Et bien finalement, je me suis attachée à cette tête de linotte dépensière, personnage fictif bien plus sympathique et vraie qu’on ne pourrait le penser au début. En fait, à force de lire, Becky devient un peu votre copine, celle qui se met toujours dans des situations pas possibles, qui douille un peu pour s’en sortir, mais qui s’en sort finalement toujours très bien. Du coup, elle vous énerve un peu.

Mais elle est tellement gentille que vous l’aimez quand même, la Becky, sauf que vous évitez de sortir avec elle et votre carte bleue, même si ce n’est pas son style… Au fil de ses nombreuses aventures (vous découvrirez son périple à Manhattan, sa sœur et plein d’autres trucs…), Becky Bloomwood nous apporte un petit vent de fraîcheur bien sympathique. Et moi j’aime ça. Sophie Kinsella, qui n’écrit pas que les aventures de Becky, elle a d’autres héroïnes tout aussi sympa, a trouvé le moyen de nous mettre une copine dans la poche, une gentille, toujours, qui aura souvent le mot pour nous faire rire ou sourire. Et comme j’ai découvert tard qu’on pouvait parfaitement aimer lire Shakespeare ET de la Chick-Lit’, oui msieurs-dames, pourquoi choisir tant qu’il y a du plaisir ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Stéphanie, accro assumée de l’accro du shopping !

Advertisements
Cet article, publié dans Lectures, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s