La part des anges (Angel’s Share) : Whisky party !!

Oui, je sais, vous allez vous dire que je suis l’alcoolique du blog ( Les gouttes de Dieu  😉 ). Je démens la rumeur, d’ailleurs je tiens toujours parfaitement sur mes talons hauts quoi qu’il arrive. Et puis, je n’aime pas le whisky (et la bière, ohhhh la honte). Par contre, j’aime ressortir du ciné avec une pêche pas possible. Alors, la part des anges ça me cause : c’est l’alcool qui s’évapore chaque année passée en fût et ça marche avec tous les alcools. Et là, cette part des anges a une saveur de petite combine et de jeunes délinquants attachants qui prennent un chemin (pas trop légal) bien astucieux pour enfin en finir avec les emmerdes.

Des raisons de vouloir s’en sortir 😀

En Ecosse, à Glasgow, Robbie, tout jeune papa et petit délinquant, tente de construire sa vie. Mais difficile de se faire oublier si facilement. Harry, superviseur de ses heures de travaux d’intérêt général, va changer la donne en lui faisant découvrir le Whisky et ses secrets. A ce duo se rajoutent Albert, Rhino et Mo, aussi en probation. Et c’est parti pour un petit périple à travers l’Ecosse…

Ce film a reçu le prix du jury à Cannes cette année, et c’est amplement mérité. De Ken Loach, je n’ai vu que Kes (1969) et Le vent se lève (2006, Palme d’or à Cannes la même année). Réalisateur engagé dans le social et les conflits des îles britanniques, je ne l’attendais pas forcément dans le registre de la comédie. Alors, à la base on est bien dans la chronique sociale, ces petits délinquants sont tellement proche de la réalité qu’on sent le côté documentaire. Mais point de pathos, même si les situations sont pathétiques, la drôlerie des dialogues et des réactions rendent le tout profondément humain et optimiste.

Mo, Albert, Robbie, Rhino… Un petit whisky pour la route?? ^^

Une galerie de personnages aux petits oignons :

Robbie (Paul Brannigan), le bad boy par excellence, mal parti dans la vie, drogue, biture, violence, se pose enfin grâce à sa copine et leur bébé. Loin d’être bête, capable de vouloir faire des choses bien, une bonne dose de détermination et des yeux !!! Oui deux, magnifiques !! La tête pensante de l’arnaque.

Albert (Gary Mentland) : pas la lumière à tous les étages, des culs de bouteille impressionnants et une manière de porter le kilt comme personne ! Le boulet de la bande qu’on adore au final.

Rhino (William Ruane) : délinquant à la petite semaine, bon suiveur, le « Ron Weasley » de Robbie.

Mo (Jasmine Riggins) : la cleptomane dans toute sa splendeur, une coupe de cheveux et une couleur si classe, la touche féminine de la bande (oui, en l’absence d’autre représentante, elle gagne 😉 )

Harry (John Henshaw) : un bon samaritain humain, mais faut quand même pas le faire chier. Il se prend d’affection pour Robbie et agira avec lui comme le père qu’il n’a jamais eu.

Harry/ Robbie: un très joli duo, très touchant…

Des acteurs débutants ou très peu connus du grand public, Ken Loach les a dirigés de manière magistrale, pas une fausse note dans leur jeu.

Et le réalisme s’impose en ajoutant des racailles plus vrais que nature, un beau-père tête de nœud, tenancier de boîte de nuit à la limite du mafieux, la haute société écossaise qui ne vit que pour les grands Whisky. Tout est parfaitement restitué. L’humour se loge aussi dans ce choc des cultures avec l’arrivée de « nos quatre Dalton » dans l’univers des chaîs et des enchères. Des éléphants dans un magasin de porcelaine seraient plus passe-partout, c’est vous dire. Mais bisness is bisness et il n’a que faire de la tenue de chacun, du moment qu’il y a du fric à se faire. Et j’ai vécu toute la partie « action » en étant captivée, sursautant à certains moments, comme tout le reste de la salle.

Le mythe du kilt…Belles gambettes, messieurs! 😉

Humour toujours avec toutes les références à l’Ecosse et ses traditions, parfois un peu mises à mal. Et une plongée dans ce pays absolument sublime : des quartiers un peu craignos de Glasgow aux paysages très nature du nord : ça ne donne qu’une envie, y faire un tour en kilt. Quant au whisky, j’ai beau ne pas aimer ça, ils en parlent avec tant d’amour et d’envie, que j’ai passé le film entier à vouloir goûter. A voir en VO car l’authenticité de l’accent scottish est royal. Vraiment rien à jeter dans ce film, vous m’en resservirez une autre tournée !


Rendez-vous sur Hellocoton !

Roseline

La part des anges (Angel’s share), de Ken Loach, avec Paul Branningan, John Henshaw, Gary Mentland, William Ruane, Jasmine Riggins…Sortie en salle le 27 juin 2012

Cet article, publié dans Films, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s