Grimm: le conte était presque parfait…

La première fois que j’ai entendu parlé du concept de la série Grimm, j’ai été très enthousiaste. Voyez par vous-même :

Pitch : Lorsqu’il découvre qu’il est l’un des derniers descendants des Grimm, une lignée de chasseurs dont les célèbres récits ne sont pas des contes mais des faits réels, le détective Nick Burckhardt se met en quête de ces créatures surnaturelles susceptibles de faire du mal aux humains. Pour Nick, c’est un monde nouveau dont il ignore les règles qu’il lui faut affronter. Il est heureusement aidé par Eddy Monroe, un ancien loup-garou féroce qui reste dans le droit chemin grâce à un savant mélange de médicaments, un régime et des séances de pilates…

Alléchant, non ? Vous vous doutez bien que je ne pouvais pas laisser passer ça, vous ayant déjà parlé de mon penchant pour le merveilleux et le fantastique avec Once Upon A Time. Je m’y suis donc mise. On apprend donc que Nick Burckhardt est un Grimm : descendant de ses prestigieux ancêtres, il est malheureusement bien loin du simple conteur. Un « Grimm », à la base, c’est bien autre chose. C’est une personne capable de voir les « Wesen » (pour faire simple, on va traduire par « créatures fantastiques ») sous leur véritable aspect lorsqu’ils perdent le contrôle d’eux-même (à cause d’une émotion forte, par exemple). Le premier épisode est vraiment sympa. Le conte dont il est question est celui du « Petit Chaperon Rouge ». On découvre alors un grand méchant loup bien différent de celui dont on nous parle dans les contes pour enfants, souvent édulcorés… L’épisode me plaît, donc j’enchaîne. « Boucle d’or et les trois ours » sera l’origine du second. Qui me plaît également. Et c’est après que les choses se compliquent… Mais je vais être sympa, et parler d’abord de ce que j’aime, car j’ai quand même visionné la première saison dans son intégralité.

Les personnages :

Nick Burckhardt (David Giuntoli) : notre héros, donc, détective de la police de Portland, découvre sa condition un peu rapidement, et est laissé seul face à son destin dès les premiers épisodes. Pour les « Wesen », le grand méchant loup, c’est le « Grimm ». Après tout, il est sensé les décapiter ! Mais Nick n’est pas un Grimm comme les autres. Sans oublier qu’il est flic, c’est donc un Grimm avec le sens de la justice, qui ne se contentera pas d’éliminer les Wesen sans autre raison que leur vraie nature. Il se débrouille tant bien que mal pour cacher sa condition à son partenaire, Hank (Russel Hornsby), et à sa bien-aimée, Juliette.

Monroe (Silas Weir Mitchell) : ah, un Blutbad ! Autrement dit, l’être à l’origine de la légende du grand méchant loup. On peut basiquement le rapprocher du loup-garou, mais c’est plus compliqué que ça. Blutbad repenti, Monroe est végétarien, adepte du pilates et cynique. Il rencontre Nick dès le premier épisode, et rapidement leur relation va évoluer vers une amitié sincère. Et c’est rassurant, parce que franchement, Nick, tout seul, ben, il serait plutôt dans le caca…

Le capitaine Renard (Sasha Roiz): le supérieur hiérarchique de Nick est un personnage trouble, ambigu. A vrai dire, je ne pourrais vous dire avec certitude dans quel camp il est. Mais ce dont je suis sûre, c’est que je ne veux pas être contre lui…

Juliette (Bitsie Tulloch) : la douce Juliette, compagne de Nick, nous paraît crédule pendant quasiment toute la saison… Beaucoup trop, mais elle reste sympathique, alors je l’aime bien !

Le sergent Wu (Reggie Lee) : un humour particulier qui ne fait peut-être rire que moi, et qui s’affirme à la fin de la saison ! « Represent » la team des blagues pourries !!!

Ouh la jolie Hexenbiest…

J’ai persévéré, en n’étant pas totalement convaincue, parce que j’ai tout de suite accroché avec les personnages de Nick (que je trouve plutôt séduisant, ce qui ne gâche rien..) et de Monroe (le côté Blutbad repenti, harcelé par un Grimm et qui finalement prend goût à tout ça). Ce qui m’a gêné ? Le peu de rapports avec les contes de Grimm… Dommage, non ? On retrouve des épisodes avec des créatures bizarres (des Wesen à têtes d’abeilles, de souris, des sorcières…) mais n’ayant pas forcément de rapport avec un conte. Et c’est ça qui me chagrine.

J’ai l’impression de retrouver une galerie de monstres quelconque, peu rattachés à l’univers des contes. Et ce n’est pas ce que je m’attendais à voir… Mes épisodes préférés sont ceux qui remplissent cette attente. Celui inspiré du « Petit joueur de flûte de Hamelin » est très sympa. Les autres sont moyens. Et quand en plus ils ne font pas avancer la trame de fond, c’est pire. Il faut savoir que s’il y a Grimm, il y a « Grimm Reaper ». Des tueurs de Grimm, donc. Rien de bien rassurant. D’autant plus que nous apprenons, à la fin de la saison, qu’une histoire de lutte de pouvoirs a lieu entre différentes familles de Wesen… Détail qui, je trouve, arrive un peu tard. Mais voilà, finalement, à partir de l’épisode 16, j’étais à fond dedans. Les choses bougent, certains éléments se mettent enfin en place, on comprend mieux, et on peut enfin se laisser porter.

Un Blutbad..

De plus, l’entourage de Nick (Hank, Juliette) commencent à s’interroger, chacun d’une façon particulière. Attendre 16 épisodes pour impliquer l’entourage, alors qu’on sent bien que le danger est partout, c’est tard. Là où certaines séries mettent 4, voire 5 épisodes à poser le décor, les scénaristes de Grimm ont pris une saison. C’est dommage, car à mon avis, nombreux sont ceux qui ont dû décrocher avant la fin. Le dernier épisode est rythmé, et surtout : il apporte autant de réponses que de questions. Même si les plus futés d’entre vous se douteront rapidement du dénouement, l’épisode est bien mené. La révélation finale donne bon espoir que la suite soit un peu plus intense, et riche en révélations. Mais j’ai tout de même un peu peur de cette seconde saison, même si je l’attends avec impatience. Le concept est bon, mais mal traité, ça va vite devenir un beau gâchis… Croisons les doigts !

Oui, voilà. Merci. Bisous.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Stéphanie

Cet article, publié dans Séries, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Grimm: le conte était presque parfait…

  1. Mat dit :

    Perso, j’ai fait l’impasse sur cette série. Ben oui, il y avait déjà once upon.. Et ce que tu en dit confirme ce que j’ai déjà lu ailleurs : dispensable…

    • Stéphanie dit :

      Ca pourrait changer… Je fonde mes espoirs sur la saison 2. Mais c’est vrai que si j’ai regardé jusqu’au bout, c’est parce que je me suis vraiment attachée aux personnages: Je suis fan!! Mais malheureusement, au niveau de l’histoire ça manque de liant… Pour le moment… *croise, croise, croise les doigts!*

  2. Mat dit :

    Bon, j’ai craqué, j’ai attaqué la série (en VF).. Pas si mal, même si tout cela est très classique, hormis la notion de « grimm ».. Pour passer le temps entre deux séries..🙂

  3. Ping : Label Grimm saison 1 - Chez Mat

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s