Le Roi Lion (3D) : ou pourquoi Disney accompagne ma vie depuis toujours…

Voilà, je fais aujourd’hui mon coming-out disneyen sans aucune honte. Et là vous avez peur (ou pas ;)). Je vous rassure, j’assume bien mon âge, je remplis quotidiennement mes contraintes d’adultes. Et pour tenir ce bel équilibre sans péter les plombs, j’ai mon talon haut secret : garder ce qui enfant me faisait le plus de bien : Walt Disney et ses œuvres. Et en vieillissant, je ne peux que reconnaître le génie d’abord de l’homme, puis de ses « héritiers ». Non, ce n’est pas que pour les gosses (cela voudrait-il dire aussi qu’on ne sert aux enfants qu’une soupe insipide estampillée moutards ???), tant l’œuvre est riche et intemporelle. Et pour vos petits (ou moins petits), ça apprend la vie et le rêve. Une belle collection de DVD à la maison, mais je suis une fan extrêmement soft. L’histoire des studios de Burbanks me fascine et, celle des parcs à travers le monde aussi…

Du coup, avec la ressortie du Roi Lion (1994) en 3D au ciné, c’était évident que j’allais avoir envie de vous en parler.
Le cycle éternel de la vie…. En Afrique, Mufasa, roi de la Terre des lions, est respecté et admiré de tous pour sa sagesse et sa grandeur. C’est un grand jour, quand il devient papa d’un petit Simba, drôle, curieux, téméraire, impulsif, un jeunot quoi ! Dans l’ombre, Scar, le frère du Roi attend son heure, cherchant à se débarrasser tour à tour du père et du fils. Avec les hyènes pour alliées, aussi baveuses que stupides, le complot se trame autour du rocher des lions…

Si il y en a parmi vous qui ne le connaissent pas ou qui n’ont même jamais entendu Elton John et son fameux « Can you feel the love tonight », oscarisé à l’époque, c’est le moment. Et maintenant, j’affiche à mon compteur une troisième 3D qui m’a fait plaisir. Après Hugo Cabret (là c’est le summum ^^) et le raffinement de celle de Titanic la semaine passée, je dois dire que les profondeurs sur les paysages de la savane et les déplacements et les combats de lions sont très très bien mis en valeur avec la 3D.

Une fois n’est pas coutume, je vois tous les Disney en français, car impossible pour moi de passer aux voix anglaises après avoir été bercée dans ma langue maternelle pendant tant d’années. Jean Reno en Mufasa, Jean Piat en Scar, Emmanuel Curtil (Chandler de Friends entre autres) en Simba adulte et Dimitri Rougeul pour Simba enfant. On le voyait à l’époque dans plein de téléfilms TF1 et j’étais amoureuse de lui. (Aaah avoir 12 ans ^^). Ce doublage soigné est un vrai bonheur.

Un passage par la sublime BO de Hans Zimmer qui fut reprise dans la comédie musicale lancée à Broadway en 1997, et qui depuis a fait le tour du monde avec une halte triomphale à Paris. Pour l’avoir vu en octobre 2007 au théâtre Mogador, je peux juste vous dire que j’ai sangloté d’émotion et de joie quasiment tout le spectacle (oui on peut être une bastonneuse sensible ! ). Entre l’émotion des balades, le pep’s d’Hakuna matata et l’envoûtement des chœurs africains, le voyage est total, bien au-delà des images.

Sublime!

Ces dernières sont absolument superbes avec un travail sur les couleurs certes très binaire (teintes chaudes/teintes froides) mais l’observation sur place des équipes et une palette pleine de nuances rendent hommage à une Afrique aux milles merveilles. Une scène dantesque, celle de la cavalcade des gnous reste une des prouesses techniques de l’époque, où la 3D et le numérique n’avaient pas encore vraiment fait leurs preuves. On retrouve les même plans quasiment d’ailleurs dans Mulan (1998) avec la cavalcade des Huns et l’avalanche (pour les connaisseurs ;)).

Premier long métrage des studios Disney sans aucune apparitions, ni même suggestion de la présence humaine. C’est aussi le premier où la mort d’un des gentils personnages est montrée (non, non, je ne spoile pas ;)).

Amis à la vie à la vie!! Héhé

Et histoire d’alléger les choses, dans une trame poignante et dramatique, ce n’est pas un, ni deux mais trois personnages secondaires « bouffons au cœur tendre » qui accompagnent à différents moments notre jeune héros au destin bien lourd : Zazu, chambellan de Mufasa qui surveille bien difficilement les bêtises du jeune Simba, puis par la suite, Timon (le suricate) et Pumba (Non je ne dirais pas « porc », mais Monsieur Porc ! ^^ phacochère en fait…) qui l’aident à devenir adulte et lui apprennent à relativiser les événements de sa vie. Des amis pour la vie !

Moment complice père et fils

La thématique est belle et diverse : la famille, ses racines, les erreurs, le passé, l’héritage, l’amour, les droits et les devoirs, la biodiversité et son renouvellement naturel, une préoccupation bien dans l’air du temps du milieu des années 90…Quelques-uns pensent à Hamlet et ce n’est pas faux. Les grincheux râleront sur les bons sentiments. Là où je ne suis pas d’accord, c’est qu’il y a différentes manières de les traiter, et bien que la moral et la fin de l’histoire ne surprendront personne par leur côté happy-end, le cheminement pour y arriver fait réfléchir et imprègne pour longtemps la tête et le cœur de nos petits bouts. C’est aussi une autre manière d’ancrer en eux des valeurs solides.

Oupppsssss, j’allais oublier de vous parler du court-métrage présenté en début de séance (attention d’ailleurs, bien qu’annoncé sur les affiches, il ya plein de salles qui ne le diffusent pas, je n’ai pas encore l’explication): Le mariage de Raiponce ! Deux ans après la sortie du dessin animé, ils reviennent pour notre plus grand plaisir pour 6 minutes de pure folie et de rigolade. Nous vivons les aventures de Maximus (le cheval de Finn) et Pascal (le caméléon de Raiponce), responsables des alliances pendant la cérémonie de mariage. Un ou deux petits détails vont venir contrarier leur journée… Excellentissime!!!!

Un souci, les gars?? ^^

Vacances de printemps ou non, en famille, seul ou entre amis, allez-vous faire une petite cure d’enfance, ça fait un bien fou, je vous le garantis !


Rendez-vous sur Hellocoton !

Roseline

Le Roi Lion 3D, de Roger Allers et Rob Minkoff, voix françaises : Jean Reno, Jean Piat, Emanuel Curtil, Dimitri Rougeul…Sortie en salle le 11 avril 2012

Publicités
Cet article, publié dans Films, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le Roi Lion (3D) : ou pourquoi Disney accompagne ma vie depuis toujours…

  1. miawka dit :

    J’aimerais bien le revoir au ciné mais je n’y suis pas encore allée. J’ai du mal à me faire à l’idée d’aller voir un film que j’ai déjà vu (c’est pareil avec Titanic :/).

    Pour le court-métrage sur raiponce, je l’ai vu en mauvaise qualité sur le net (bouuuuuh je sais c’est pas bien) et je l’ai trouvé énorme ! c’est dommage que toutes les salles ne le diffuse pas !

    • roseline dit :

      Je comprends pourquoi tu hésites et j’aurai eu la même hésitation 10 ans plutôt. Dans mon cas, abonnement illimité et le cinéma est dans ma rue règlent la question directement.:D

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s