Journal d’un corps, de Daniel Pennac

Daniel Pennac

Je ne peux pas commencer à vous parler de ce bouquin sans vous parler de ma vie avec Daniel Pennac. Il est arrivé un soir d’hiver, j’étais au collège, et m’a embarqué dans les histoires barrées, touchantes, drôles et parfois gores, de la famille Malaussène. Une famille au sens très large, aux mœurs peu conventionnelles, mais pétrie d’amour et de loyauté les uns envers les autres. Et ils leur arrivent tellement d’aventures rocambolesques, qu’on ne peut les lâcher avant la fin : Au bonheurs des ogres, La fée carabine, La petite marchande de prose, Monsieur Malaussène… Cette famille m’a suivie partout : dans le bus, dans les couloirs du collège, puis du lycée, sous mes couvertures, à la plage… Avec un bonheur inépuisable et la soif de lire de mes 15 ans, je les ai lus un nombre incalculable de fois. Pour dire, j’avais ma place à leur table, à Belleville 😉 . Puis, pendant quelques mois, je les ai quittés, besoin de faire un break, bizarrement quand je quittais aussi ma famille pour les études. Comme quoi, la psychologie se loge bien partout ^^.

Les droits du lecteur, établis dans Comme un roman

Pour en revenir à Daniel Pennac, il est prof de français. Et le plus intéressant, c’est qu’il a été mauvais élève et se sert magnifiquement de cette expérience. J’aurais bien voulu le croiser au bahut. Et il écrit aussi pour parler de son métier, de l’instruction et des attentes de la société vis-à-vis de ça. C’est par là que je l’ai retrouvé, en bouclant un dossier pour la fac, où je me destinais déjà à être instit’. Tiens, quelqu’un qui appelle un chat un chat, et qui n’a pas peur de mettre les pieds dans le plat sur ce qu’est la lecture et le désastre que donne souvent nos années d’école. Du coup, je me plonge dans Comme un roman qui sert d’étayage à mon boulot. Et me voilà repartie dans mon admiration sans bornes pour l’auteur, enchaînant avec Messieurs les enfants et enfin en 2007, Chagrin d’école, prix Renaudot, que je savoure d’autant plus que je suis maintenant instit’. Parents d’enfants de 8/10 ans, ne passez pas à côté des petits bijoux que sont L’oeil du loup, Cabot-Caboche et la série des Kamo. Il a aussi fait des albums, a participé à des BD et a interprété un de ses personnages sur scène.

Très prolifique le monsieur, dites donc! Voilà, j’arrête de faire ma fan girl et je peux maintenant vous parler du Journal d’un corps, sorti cette année.

Le concept est simple : c’est le journal d’un homme, de ses 13 ans à sa mort, uniquement concentré sur les manifestations physiques et les sensations de son enveloppe corporelle. On traverse sa vie à travers ses bobos, son adolescence, sa vie d’homme et de grand-père. De loin en loin, on découvre ses passions et ses désillusions, son travail, sa famille, mais rien de tout ça n’est le centre d’intérêt de ce journal.

Et c’est très fort, car on désire au fil des pages en apprendre sur cet homme, et on reste sur notre faim (tiens, une sensation physique^^) car notre curiosité n’est assouvie que si son corps nous livre des parcelles de sa vie. Ce qui est bien au final. J’ai adoré, partant d’une petit information, imaginer la scène, le contexte ou les conséquences. Et puis, il y a toutes ces remarques sur nos habitudes ou sur notre corps qu’on ne se fait qu’à soi-même, sans oser les dires à cause du tabou sociétal, de la  gêne ou du désintérêt à être livré à un autre. Ca crée une complicité incroyable avec ces pages.

Mesdames, je demande aussi votre attention. Si il est vrai que « La Femme », les femmes restent souvent un mystère pour les hommes (notre corps, nos habitudes, nos manies, nos réactions), je dois dire que j’en ai énormément appris aussi sur les hommes. Peu sur l’anatomie il est vrai, mais il y a à creuser, car bien que se voulant sur le fait et le corps uniquement, entre les lignes, une grande partie de la psychologie masculine est dévoilée. C’est d’autant plus intéressant que, croyez-le ou non, eux-aussi changent au cours de leur vie : dingue, non ?!! ;). Bref, ça ne fait pas de mal de s’arrêter sur certains aspects, car on aura toujours des choses à découvrir sur le sexe opposé et il serait bien prétentieux (une caractéristique féminine ou masculine au final ?) de penser détenir tous les secrets.

C’est aussi un voyage dans le temps, de 1936 à nos jours, où la grande Histoire apparaît par petites touches. Mais c’est encore les mœurs et les évolutions de la société que l’on capte le plus. Et d’ailleurs, ça fait du bien de voir un homme en fin de vie nous remettre à notre place, car pour beaucoup de choses, nos aïeuls n’étaient pas si différents de nous dans leur jeunesse et beaucoup plus modernes qu’on ne le pense. J’ai retrouvé des accents de Marcel Pagnol et de Joseph Joffo pour l’adolescence, et les histoires de mes grands-parents sur leur jeunesse dans les années 40 et 50. Puis, la fin du roman m’a replongée dans ma prime enfance, entourée de ces personnes d’un âge canonique quasi immortelles, qui semblaient si fatiguées par mon insatiable énergie du matin au soir.

Je vous rassure, ça ne tire absolument pas sur du larmoyant, c’est souvent drôle, parfois touchant et irrésistible quand ça parle de tous les phénomènes physiques qu’on veut ignorer, surtout chez les autres, et qui pourtant sont  absolument universels. Enfin, Monsieur Pennac, merci pour votre si bel hommage à la masturbation et à l’honneur fait aux femmes et à leurs corps.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Roseline

Advertisements
Cet article, publié dans Lectures, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Journal d’un corps, de Daniel Pennac

  1. Aurélie dit :

    Les grands esprits se rencontrent… sans me douter une seule seconde que CBTH en parlerait, j’ai acheté ce livre hier durant une promenade dans le rayon Livres de mon supermarché…

    • roseline dit :

      Quand tu l’auras lu, n’hésite pas à poster ici ton avis, même si tu n’as pas aimé…Tout le monde est le bienvenue avec ses avis et ses idées 😀

  2. Cenwen dit :

    Il va falloir que je comble une lacune dans ma « culture » !

    Mon binôme à qui je pose la question « tu connais Daniel Pennac? » « Évidemment, pourquoi? Tu ne connais pas?  » euh…silence consterné de ma part « Dis, mon Ange? tu veux un cookie ? »
    Notez la tentative machiavélique pour faire oublier mon ignorance !

    xD

    Bisous ♥

    • roseline dit :

      Moi je trouve ça génial d’avoir plein de choses à découvrir tout le temps, prends-le comme ça…Zéro culpabilité culture chez nous ^^ Bisous

  3. Aurélie dit :

    Vu le temps que j’ai passé à retrouver ce post, je ne peux en conclure que 2 choses : j’ai eu du mal à trouver du temps pour finir ce bouquin, et mon dieu, ça n’arrête pas sur le blog (ciné, expo, cuisine et bien d’autres) ^^
    J’ai acheté ce livre pour le nom de l’auteur (la Fée Carabine, je l’ai lu il y a déjà qq temps… années). Et puis pour les bouquins je suis comme pour l’électroménager, je préfère prendre une marque connue plutôt qu’une marque dont je n’ai jamais entendue parler.
    J’ai été ravie au fil des pages de voir qu’il y a encore des livres qu’il faut lire avec un dico pas trop loin (bon peut être que mon vocabulaire n’est pas très riche non plus). Bref, le sentiment d’apprendre qqchose au fil des pages, comme le narrateur en apprend sur son corps. Je vous le conseille vivement… peut être pas en bouquin de plage cet été… et pourquoi pas ?

    • roseline dit :

      Ca me fait un immense plaisir si ne serait-ce qu’une personne a envie de lire en lisant nos articles (ou cuisiner, voir une expo, un film). Et encore plus heureuse quand les gens ont partagé un bon moment, parce qu’après tout les goûts et les couleurs ça ne se discutent pas ^^ Et tu aurais eu le droit de ne pas aimer, et de nous le dire 🙂

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s