Les deux « Guerres des boutons » : « Si j’aurai su… »

Attention, spoilers !!!

Deux films à une semaine d’intervalle, reprenant le mythique livre de Louis Pergaud, situation inédite qui m’interpelle! Après le film d’Yves robert de 1962 récompensé par le prix Jean Vigo, comment traiter ça en 2011 ? Alors oublions tout de suite le livre et les souvenirs de ce film en noir et blanc. Si les deux reprennent les personnages et essayent de calquer le langage et les mimiques « à la manière de », nous sommes bien loin des origines. Mais qu’importe, ça ne m’a pas gêné, n’étant pas du tout marquée depuis petite par cette « Guerre » là.

Deux films, deux réalisateurs, deux époques, deux « P’tit Gibus ». La bêtise d’une sortie coup sur coup, le casse-tête des ouvreurs de ciné pour s’y retrouver, des spectateurs certainement un peu paumés, ont fait pas mal débat, surtout dans les médias. Au final, moi ce que je vois c’est qu’ils se bouffent l’un l’autre. Et c’est super dommage, car chacun aurait eu sa place à mon sens. Mais carte illimitée oblige, point de soucis pour la ciné-phage que je suis, je me suis prêtée au jeu des deux séances. Que ne ferai-je pas pour notre petit blog adoré !😉

D’un côté, « La Guerre des boutons » de Yann Samuell (« Jeux d’enfants ») et ses années cinquante, de l’autre « La nouvelle Guerre des boutons » de Christophe Barratier (« Les Choristes », « Faubourg 36 »), 1944 et un contexte historique chargé. A l’arrivée, il n’y a pas photo pour moi, je ne retiens que celle de Yann Samuell et sa transposition dans la France d’après-Guerre, dans laquelle les adultes ne comprennent toujours pas les enfants et leur royaume.

Qu’est-ce qui m’a moins plu dans « La nouvelle guerre des boutons » ? Et bien, on n’aurait pu lui donner n’importe quel titre, ça reste un film qui traite de la petite histoire dans la Grande, et des adultes très présents aux côtés des enfants pour les aider et les faire grandir. Il y a pléthores de parallèles foireux entre la « guerre » de ces enfants et celle qui se déroule en grand. Ça m’a fait l’effet d’un téléfilm des années 90 sur France 2 et/ou TF1 sur l’occupation, situé dans un village, avec invariablement la petite juive à sauver de la méchante milice. En vachement moins bien, en plus. On ajoute à ça les ficelles habituelles : la rivalité depuis l’enfance du milicien et de l’instituteur « résistant », les « collabos » qui se révèlent « résistants de la première heure », les neutres qui finissent par se réveiller et choisir leur camp. Tout ça sur des musiques très pompeuses qui accompagnent chaque action, comme si nous n’étions pas capables de comprendre la dramaturgie sans ça. Plus, en vrac : Laetitia Casta, en jeune célibattante sur sa bicyclette (déjà vu, non ?), le camion, plein de soldats allemands, qui traverse en pleine nuit Velrans, pendant que les mômes peignent un graffiti, alors qu’on n’en voit pas un seul du film et qu’il est bien dit « des Boches ici il n’y en a jamais ! ». Cherche-t-on ma larmouille ? Et le village entier qui se soutient et finit par se révolter contre la milice, n’ayant pas peur du tout d’une intervention des SS. Oui, très crédible ! Jamais il n’y a eu de représailles, ni de villages entiers massacrés pour cause de rébellion ! Et l’univers des enfants et leur conquête de la liberté au détriment des adultes dans tout ça ? Ah, zut, le film est fini et je crois qu’ils ont oublié l’essence de l’œuvre…

Ce qui est bien, c’est que je n’ai pas eu besoin de voir le film de Christophe Barratier pour aimer celui de Yann Samuell, puisque je l’ai vu en premier et qu’il m’a convaincu en soi. Je répète qu’on n’est pas dans les pas d’Yves Robert, mais je trouve que l’essentiel est là. Le choix des 50’s est judicieux, prémice d’une jeunesse qui voudra exister quelques années plus tard. Le casting des adultes, Elmosnino/ Chabat/ Testot/Ségnier, est juste : ils sont décalés, drôles, émouvants, un peu ignares de leurs mômes. Quant à celui des enfants, c’est juste un bijou. Dire son texte est une chose, mais pour des gosses nés au début des années 2000, il était périlleux d’être crédible dans la peau de leur « grands-parents ». Je me suis régalée de leur spontanéité et de leur justesse. Bien sûr, il y a aussi un contexte historique, la guerre d’Algérie en toile de fond. Mais c’est juste esquissé, servant la guerre de ces enfants, et non l’inverse. Leur rébellion, face à leur destin tracé et face aux certitudes des adultes, est à point nommée dans le propos de Louis Pergaud. Je n’ai pas envie de vous en dire plus, pour vous laisser la primeur du plaisir de ce film aux accents de « Grand Chemin », avec une pointe de « Goonies » pour l’ingéniosité : les mots de passe, les codes, les stratégies, la cabane aux merveilles, l’envie de rêver malgré les Grands. Il me reste juste une réplique qui résume le tout et m’a profondément touché…

La maman de Lebrac: «- Je veux qu’il devienne quelqu’un !
L’instituteur : – Mais c’est déjà quelqu’un… »


Rendez-vous sur Hellocoton !
Roseline

« La guerre des boutons » de Yann Samuell, avec Eric Elmosnino, Alain Chabat, Fred Testot…Sortie DVD/Bku-Ray: 14 janvier 2012
« La nouvelle guerre des boutons » de Christophe Barratier, avec Guillaume canet, Laëtitia Casta, Kad Merad, Gérard Jugnot…Sortie DVD/Blu-Ray: 21 janvier 2012

Cet article, publié dans Films, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Les deux « Guerres des boutons » : « Si j’aurai su… »

  1. Merci !!! pour ce bon résumé qui confirme mes impressions au vu des bandes-annonces… Perso Christophe Barratier j’ai l’impression qu’il nous met « les choristes » dans tous ces films🙂

    En tout cas même si c’est mon premier commentaire, j’adore vous lire les filles !
    MselleBulle !

    • Roseline dit :

      Houuu MselleBulle chez nous!, je suis très honorée🙂. Là, ce n’est même plus « les choristes », c’est lourd, téléphoné, clichés à mort et peu crédible…Merci pour ton enthousiasme, ça fait très plaisir d’avoir vos retours…Quant à ton blog, j’encourage tout le monde à y aller…un bijou de photos😀

  2. pepito_ dit :

    Salut !

    Merci pour ton article très intéressant.
    Je m’étais étonnée de cette double sortie début septembre, mais depuis je ne suis allée en voir aucun… (http://restocine.canalblog.com/archives/2011/09/01/21913926.html)

    J’avais craint les risques de « mélo ridicule happy-endé » pour le premier, tu confirmes… C’est définitif, je n’irai pas !
    Je priais pour que le casting du deuxième relève le défit, tu sembles le confirmer, peut-être que j’irai finalement le voir…

    Merci encore !
    Bonne continuation !

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s