Community : une série culte inconnue

La trêve hivernale des séries est un moment à la fois attendu et redouté. Redouté parce que les derniers épisodes avant la pause donnent souvent lieu à de gros cliffanghers* dont on ne connaitra l’issu qu’à la reprise en janvier (Oh, frustration extrême). Mais attendu parce que c’est le moment où le sérieaddict n’a plus à suivre son programme défini grâce à betaseries et peut donc découvrir de nouvelles séries ou rattraper son retard.

 Cette année, la trêve hivernale aura été l’occasion pour moi de découvrir Community. Oui je sais le nom est un peu moisi surtout dans l’esprit français. Mais alors qu’How I met Your mother peine à trouver un second souffle et que The Big Bang Theory tient la route grâce aux personnages de second plan (Raj et Amy <3), Community est venu bouleverser mon monde.

Comme ça, on dirait une promo classique d'un show classique

Community, c’est l’histoire d’étudiants à Greendale, un community college (fac publique américaine aux moyens limités, assurant une formation peu reconnue et dépréciée). Une série assez classique sur le papier. Mais comme souvent dans ce genre de séries, ce sont les personnages qui donnent la force de ce show.

Salut toi!

On retrouve donc Jeff Winger (Joel McHale), avocat égocentrique et trentenaire radié du barreau quand on a découvert que son diplôme venait de Colombie et non pas de l’université de Columbia (en anglais le pays comme la fac se prononcent Columbia). Il doit donc repasser son diplôme pour pouvoir récupérer son boulot, si possible en en faisant le moins possible. Autour de lui tourne un monde un peu cinglé. En effet, parce qu’il veut draguer Britta (Gillian Jacobs), il se retrouve à créer autour de lui un groupe d’étude en espagnol.

Britta justement, est une rebelle. Elle a arrêté ses études pour impressionner Radiohead. Après avoir erré, elle décide de reprendre ses études pour faire quelque chose de sa vie.

Shirley Bennett (Yvette Nicole Brown) est chrétienne et mère de deux enfants. Séparée de son mari qui a eu la bonne idée d’aller voir ailleurs avec une strip-teaseuse, elle reprend des études à Greendale dans le but de lancer sa propre entreprise de brownies.

Annie Eddison (Alison Brie) était une élève plutôt studieuse jusqu’au jour où elle est devenue dépendante à un médicament. Avec Annie, on est dans le cliché de la fille sérieuse un peu coincée et très stressée. Etant la plus jeune avec Troy, elle a encore beaucoup à construire, d’où la possibilité pour son personnage d’évoluer.

Un trio de charme (Ils nous auraient pas copié d'ailleurs?)

Troy Barnes (Donald Glover) est une ancienne star du football qui a perdu sa bourse d’étude après s’être blessé en essayant de faire un saut périlleux du haut d’un fût de bière. Résultat, il est lui aussi obligé de se retrouver au Community college.

Pierce Hawthorne (Chevy Chase) étudie lui aussi à Greendale, mais on ne sait pas trop pourquoi, si ce n’est son plaisir. Car Pierce est un magnat de la lingette. Mais Pierce est surtout un vieux bonhomme bourré de clichés racistes, misogynes et homophobes, et ce, pour notre plus grand plaisir.

Abed, nouveau voleur de mon coeur

Enfin il y a Abed. Sheldon et Barney peuvent rentrer chez eux, Abed est mon nouveau Dieu.  Abed Nadir (Danny Pudi) est arabe et destiné à reprendre la boutique de falafels de son père. Rarement en phase avec le monde, il reste très souvent stoïque, mais c’est le plus humain de tous. Abed vit dans son monde. Un monde complètement habité par la popculture. Ses phrases sont ponctuées de références séries/ciné/comics. Si un jour je croise Abed dans la rue, je l’épouse.

Autour de ce petit monde, gravitent des personnages plus tarés les uns que les autres comme Ben Chang, surnommé El tigre, prof d’espagnol complètement barge, ou encore Craig Pelton, doyen de la fac qui aime porter des costumes à chaque occasion (et si possible des costumes de femme).

Il est difficile de présenter Community autrement que par ses personnages, car la trame de base est assez simpliste, comme souvent dans les ensemble shows**. La particularité de Community en plus de ses personnages fous-furieux, c’est le traitement des épisodes, bourrés de références à la popculture*** , si chère à Abed. Souvent les références passent par lui. Abed cite à tout va. Mais dans les situations, voire les personnages, les références sont aussi présentes. On retrouve ainsi un prof tout droit sorti du Cercle des poètes disparus, on retrouve également un huis-clos, grand classique des séries en manque de budget ou encore une histoire à la Will Hunting. Les références passent également par les épisodes spéciaux : Western, mafia, zombies, musical …

 Les deux premières saisons se terminent par des épisodes spéciaux autour du Paintball. Hilarants, prenants et bourrés de références. Mention spéciale aussi pour l’épisode Donjon et dragons (S2ep14) et pour le Remedial Chaos theory qui reprend avec brio le thème du « Et si » et des différentes conséquences d’un simple choix(S3ep4).

Mais rassurez-vous, même si votre popculture est limitée, vous pourrez trouver votre bonheur avec Community. La série est assez subversive et se permet de rire de tout. Pierce est ici une source inépuisable de vannes et réactions moralement incorrectes. Et puis, il y a la folie des personnages, leurs travers si nombreux qui sont là pour notre plus grand plaisir.

Ne vous privez pas, plongez-vous dans la série ! Les premiers épisodes vous paraîtrons peut-être un peu fades, mais insistez et sans même vous en rendre compte, vous n’aurez qu’une seule envie, vous inscrire dans un Community College.

 

En quelques mots, pourquoi vous devez absolument regarder Community ?

  • Pour avoir de nouveaux coups de cœurs ! Abed pour moi, mais si vous êtes une fille plus normale, vous craquerez surement pour Jeff Winger (et particulièrement avec sa barbe dans la saison2). Si vous préférez les filles, Britta et Annie devront vous ravir (et surtout Annie’s boobs).
  • Pour se la péter un peu en société en parlant d’une série so underground en France
  • Pour essayer de trouver et comprendre toutes les références (et notamment la parodie de Doctor Who)
  • Pour s’attacher à un groupe de copains qui nous rassurent sur notre santé mentale
  • Pour rire un peu, beaucoup passionnément !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Mélanie

*Fin ouverte ou sans résolution de l’intrigue  visant à créer un fort suspens

**Série dont les héros sont un groupe de personnages comme Friends, et non un personnage seul ou un duo.

***Culture populaire, en France, on parle de sous-culture, niveau ouverture d’esprit, on a encore du chemin à faire…

Publicités
Cet article, publié dans Séries, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Community : une série culte inconnue

  1. Stéphanie dit :

    Oh oui! Je vais me faire plaisir de regarder Community dans le Rere… Yeah!!!! 🙂 Ca avait l’air bien de loin, mais de près: Waouh!

  2. Cenwen dit :

    Bon, et bien, je viens de me trouver une série de plus à regarder! Mon chéri dit déjà que je squatte la télévision…(le pauvre est contraint de regarder les matches de foot sur son ordinateur!)
    Oui, je sais, ce n’est pas sérieux!
    Bisous♥

    Ps : j’attends la suite de Big band theory en piaffant d’impatience 😉

  3. Vince dit :

    J’attends assis en tailleur devant ma télé depuis que j’ai 12 ans, juste après avoir vu le dernier épisode de Parker Lewis (sniff…). Enfin quelquechose qui vaille la peine que je me relève et que je me mette sur le canapé !
    Il me reste 2 épisodes, et après je me remets en tailleur 🙂

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s