Frankenstein Junior au théâtre Déjazet – Rire en chanson

C’est récent mais je suis devenue une grosse (nan ça je l’ai toujours été) amatrice de Comédies musicales. Attention, pas n’importe lesquelles. Je suis une snob de la Comédie musicale, il faut qu’elle soit bonne et qu’elle ait été jouée à Broadway et dans le West End londonien. Bref, la Comédie musicale française très peu pour moi. Je minaude même en voyant que les adaptations faites en France sont traduites en français (et puis j’adhère après avoir vu, évidemment).

Récemment une amie qui sait à quel point je suis une critique acerbe (je ne vous réserve que le plus doux de mon fiel), me dit qu’il faut absolument que je vois Frankenstein Junior qui se joue actuellement au théâtre Déjazet. Le grand monstre vert  en comédie musicale (non pas Shrek, lui c’est en 2012) ? Et c’est drôle en plus ? Et il y a Gaëlle Pinheiro* en plus ? Bien sûr que j’y vais ! Et j’ai bien fait!

Frankenstein Junior, à la base c’est un film de Mel Brooks. Une parodie/hommage aux films d’horreur sur le célèbre docteur au même nom (eux-mêmes inspirés du roman de Mary Shelley). Film que je n’ai pas vu, comme tous les Mel Brooks, il me semble. Ma culture s’avère souvent lacunaire. J’arrive donc l’esprit quasi vierge d’informations sur ce qui m’attend.

Le théâtre Déjazet est un petit théâtre aux plafonds surprenants. C’est aussi un vieux théâtre et comme beaucoup de salles sur Paris, l’acoustique y est moyenne, surtout pour y accueillir un Musical (oui c’est comme ça qu’on dit quand on est une snob du musical). En plus le parquet met des échardes dans les pieds des filles qui ont la bonne idée de retirer leurs chaussures neuves qui font un peu mal. Je ne suis pas super bien assise mais prête à passer un bon moment. Finalement prêt de 2h30 plus tard, je suis ressortie de la salle des étoiles plein les yeux.

Revenons d’abord sur l’histoire : Le Docteur Frankenstein est mort. Son petit-fils Friedrich Von Frankenstein, bien que refusant l’héritage culturel et historique de son aïeul au point de modifier la prononciation de son nom, ne crache pas sur l’héritage matériel et se retrouve en Roumanie pour régler les soucis administratifs. Bien entendu les racines de Friedrich vont bientôt ressurgir et le passé de son ancêtre va vite le rattraper…

Je suis sidérée par ce qu’ils ont réussi à faire avec si peu de moyens. Les décors sont minimalistes au possible. Un rideau, deux fonds amovible et quelques accessoires. Rien de plus. Et pourtant on se retrouve en Transylvanie. Evidemment, il ne faut pas comparer ici avec les Etats-Unis, ce serait masochiste. Mais vu le budget et le peu de décors, ils assurent totalement ! Il faut dire que vu l’énergie, l’enthousiasme et le talent de la troupe, on passe à côté de ces défauts et on se laisse totalement emporter.

Comme c'est agréable de se retrouver tous ensemble autour d'un bon cadavre!

Je crois n’avoir jamais vu en France et avec une troupe française un tel concentré de talents. Le Chœur en lui-même est parfait. Juste dans la voix, énergique (encore) et danse magnifiquement, les costumes aidant. Quant aux personnages principaux, ils sont géniaux, jouant à merveille avec les clichés du genre et interprétés parfaitement par le casting (je le dit une fois mais je pourrai le répéter pour chacun des comédiens en jetant des confettis tellement c’est vrai). On retrouve ainsi Igor (Zacharie Saal), assistant loyal et bossu de Friedrich Frankenstein, Frau Blucher (Valérie Zaccomer) domestique inquiétante ou encore Inga (Camille Glémet), jolie blonde à l’accent de l’est (préparez-vous à craquer pour elle). Gaëlle Pinheiro (Elisabeth, la fiancée de Friedriech), qui avait bouleversé mes oreilles dans Spamalot où elle jouait la Dame du lac, est encore une fois merveilleuse. Mais, le héros de la pièce reste quand même Vincent Heden qui joue Friederich Frankenstein. Il porte la pièce sur ses épaules. Il est beau, juste et a une voix sublime (aussi bien en chantant qu’en parlant). Rajoutez à ça ses faux airs de Victor dans les noces funèbres et de David Tennant en Docteur (le costume et les cheveux aidant, mais même dans les mimiques). J’ai été complètement conquise. Rien que pour lui vous devez y aller.

C'est pas que dans ma tête, si?

Musicalement, c’est très dynamique bien que la bande-son soit enregistrée. Les chansons sont entêtantes comme il faut (notamment, Un amour profond aux faux airs d’un chant d’amour de Blanche-Neige, C’était mon Boy-friend ou encore Quelqu’un qui lui, rappelle de loin Tout seul de Spamalot). Spamalot justement on y pense souvent. Déjà par la présence de Gaëlle Pinheiro mais surtout à cause de l’humour omniprésent. La pièce est très drôle et joue sur plusieurs registres. C’est parfois grivois (oui j’ai toujours voulu utiliser ce mot dans un compte-rendu), absurde, on joue avec les mots, les genres. Les références aux films d’horreur des années 1930, mais pas que, sont nombreuses et plutôt fines. Ce n’est jamais lourd. Le metteur en scène fait référence à OSS 117, ce qui est vrai, mais qui tire lui-même des Monty Python et de …Mel Brooks évidemment. On rit beaucoup, même si certains gags tombent à plat, faute de lui laisser le temps de prendre (le spectacle dure quand même près de 2h30 avec entracte). Et même si le public parisien est froid (non ce n’est pas un cliché), il finit lui aussi par se laisser emporter par l’humour et la folie ambiante. Alors faites pareil, laissez-vous tenter.

Dernier petit point, la pièce est conseillée à partir de 7 ans mais il vaut mieux laisser les enfants en dessous d’une dizaine d’années (voire plus) à la maison. Vous passerez un meilleur moment sans eux (et éviterez certaines discussion un peu gênantes).

Et bonne nouvelle, la pièce se joue jusqu’au 8 janvier puis est prolongée du 17 janvier au 5 février ! Plus aucune raison de la louper !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mélanie

* Cf. Plus bas dans l’article

Frankenstein Junior, Théâtre Déjazet jusqu’au 8 janvier puis reprise du 17 janvier au 5 février

Cet article, publié dans Loisirs, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Frankenstein Junior au théâtre Déjazet – Rire en chanson

  1. Yeles dit :

    vu samedi soir et je suis totalement tombée sous le charme.

    Et pour rassurer (ou pas), mon fils et moi-même avons fait le même rapprochement entre Frankenstein et Ten(nant). Une très très bonne soirée.

  2. Romain dit :

    J’ai vu ce spectacle pour la première fois en Octobre et j’ai tellement adoré que j’ai profité d’un changement de distribution comme prétexte pour y retourner en février.

    Moi aussi je suis un snob du musical, mais la comédie musicale française ne se limite pas au Palais des Sports (pour moi ce n’est même pas des comédies musicales), il y a de très belle création française qui se joue dans des petits théâtres. Dont l’Hôtel des Roches Noires qui se joue actuellement au Vingtième Théâtre avec notamment Arnaud Denissel et… Gaelle Pinheiro!

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s