Des filles qui en ont : Giédré

J’inaugure aujourd’hui une nouvelle catégorie qui, si tout va bien, devrait être mensuelle. Ce sera l’occasion de mettre en avant une femme plus ou moins connue, et qui mériterait de l’être encore plus. Ce qu’elles ont en commun ? Des « guts » (ça aurait été vulgaire et complètement déplacé de parler de couilles, j’aurai pu tenter des ovaires, mais ça renvoie à l’idée que la femme n’est là que dans un but procréatif et maternel, et c’est tout le contraire du message que je veux faire passer, ça fait chier d’être féministe faut peser chacun de ses mots).

Giédré aime les jolies nappes de pique-nique au point de s'en faire des robes

Giedré est une drôle de fille. Elle est belle. Mais genre vraiment très jolie. Des yeux brillants et malicieux, un nez retroussé et un sourire à en faire tomber plus d’un. A la voir dans sa grande robe informe rouge à carreaux et ses deux petites couettes, on lui donnerait le bon dieu sans confession. Mais à regarder de plus près la scène qui s’apprête à l’accueillir, on pourrait se montrer plus méfiant. Sur un verdoyant gazon artificiel cohabitent nains de jardin, champignons et poupons décapités. Finalement, à voir cet univers « creepy », on commence à se demander si on confierait quelque chose à la jeune demoiselle.

Et elle arrive, rayonnante, la guitare en bandoulière, une tête de bébé au bout et le charme agit. A l’aide de quelques accords et de son très joli timbre de voix, Giedré va nous conter les horreurs de la vie. Car oui, derrière ce visage angélique et cet univers féérique, Giedré nous rappelle à sa manière que les contes de fées étaient en réalité des concentrés d’horreurs. La petite sirène se suicide à la fin, le petit chaperon rouge se fait bouffer par le loup (en vrai, il se fait même violer, c’est une métaphore) et les trois petits cochons finissent par bouffer le loup (et donc le petit chaperon rouge par la même occasion). Et bien Giedré, c’est un peu la sœur des frères Grimm qui aurait été décongelée au milieu des années 80.

Un univers inquiétant (pour sa santé mentale notamment)

Ames sensibles s’abstenir. Parce que Giedré est crue. Certains diraient vulgaire. Oui c’est vrai, elle utilise de vilains mots (et certains de rajouter « surtout dans la bouche d’une fille », je vous autorise à leur jeter le seau de gravier prévu à cet usage). Elle parle d’handicapés, de pédophiles ou encore de cacas. Oui, c’est une fille et elle parle de cul et pas d’amour. Les prostituées prennent d’ailleurs une place importante dans son répertoire. Giedré s’empare de tous les thèmes possibles et imaginables pour en tirer le pire. Parce que c’est là son message : ses chansons sont dures parce que le monde est dur (Je ne suis pas méchante ou Jolie chanson abordent bien ce thème). Et que, comme de toute façon « quand on meurt on se pisse dessus », il vaut mieux prendre le parti de rire en attendant la fin.

Giédré a plein d'amis. Enfin, des têtes d'amis...

Giedré est beaucoup plus efficace qu’un Didier Super. Déjà elle chante juste et a même une jolie voix. Les mélodies de ses chansons restent dans la tête. Mais ce qui fait sa force, c’est principalement le décalage entre son personnage, d’apparence innocent et inoffensif, et la dureté de ses paroles. Je crois que c’est John Cleese qui expliquait que l’humour résidait dans le décalage entre l’attente et la réalité. Et c’est exactement ce qui se passe avec Giedré. On rit énormément en écoutant ses chansons. Parfois, il est vrai, un peu choqué ou pour évacuer une certaine tension, mais on rit.

Giedré est donc drôle mais derrière le rire, il y a souvent un message. Elle a ainsi écrit ce qui est selon moi l’une des chansons les plus féministes existantes : « Pisser debout », où elle dénonce l’injustice sociale cachée derrière l’injustice anatomique, qui fait que c’est quand même vachement galère pour une fille de pisser autrement qu’assise. Autre chanson remarquable : Les petits enfants, qui pour le coup n’est pas vraiment rigolote mais prend bien aux tripes quand même.

On aime ou pas, mais Giedré laisse rarement indifférent. Moi j’aime. J’aime son personnage, j’aime son humour noir et trash, j’aime ses mélodies et j’aime ses choix. Parce qu’elle a le courage de se placer où elle le désire, parce qu’elle a décidé de s’autoproduire (probablement pour éviter la censure que pourrait lui imposer une grande maison de disque).

Giédré est belle en toutes circonstances, même quand une tête s'installe sur la sienne

Alors rien que pour ça, tentez l’écoute de quelques-unes de ses chansons et si vous le pouvez, allez la voir en concert. Elle passe le 7 décembre au Café de la danse à Paris.

Et cadeau pour vous, une vidéo de Giedré en duo avec Oldelaf (merci Olivier encore une fois!) !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mélanie

Cet article, publié dans Talons Hauts, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Des filles qui en ont : Giédré

  1. jc dit :

    J’aime ! J’aime ! J’aime !!!!!
    Je l’ai découvert sur J’irai Loler sur vos Tombes et j’ai accrocher de suite ! ensuite j’ai mater ses vidéo de Europe 1 avec Baffie et la je suis tombé amoureux !!!
    Depuis je décroche plus !!!!

  2. LeaA dit :

    merci de l’article, je ne voyais pas à quoi elle ressemblait sur scène (avec des petites poupées triturées lol) elle passe en concert à Bordeaux le Samedi 3 Mars 2012 à la Rock School Barbey si j’y pense je repasserais faire un commentaire après l’avoir vue ^^

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s