Les Fatals Picards en concert à la péniche El Alamein !

D’avance pardon pour les photos ratées, appareil pourri!

Non, il n’y a pas qu’Oldelaf dans ma vie musicale. Avec ce dernier, les Fatals Picards doivent être le groupe que j’ai le plus vu en concert dans des conditions à chaque fois différentes, super festival, festival pourri, concert dans une petite, très petite ou grande salle. Cette fois-ci, Les Fatals Picards effectuaient un retour aux sources en donnant 3 concerts à la péniche El Alamein pour l’enregistrement de leur album live. Chaque soir, seuls 100 privilégiés pouvaient assister au concert, c’est dire le niveau d’intimité que cela annonçait.

Face à la Bibliothèque François Mitterrand et arrimée entre plusieurs autres beaux bateaux siège la Péniche El Alamein. Le pont est joliment fleuri et donne envie de revenir boire un verre quand le temps sera (beaucoup) plus clément. Le concert se passe en cale et nous devons donc descendre les escaliers. Il règne une drôle d’ambiance. Les murs turquoise et la déco kitchissime n’y sont certainement pas pour rien. On arrive dans la salle où le concert va se dérouler et, surprise, le groupe est là pour nous accueillir. La couleur est annoncée et confirmée par la petitesse de la salle : ce ne sera pas un concert intimiste mais un concert entre potes ou presque.

Paul et sa moustache : un duo exceptionnel

La salle se remplit vite et le concert commence. A noter un Paul tout en moustache et un Jean-Marc tout en baskets argentées ! S’enchainent alors des chansons plus ou moins récentes mais surtout assez rares. Ainsi, ce fut un plaisir d’entendre enfin en live certains titres du dernier album plutôt sérieux et ne cadrant pas forcément avec leurs derniers concerts. J’ai jubilé en entendant La France du petit Nicolas qui est devenue une de mes préférées. Et comment ne pas être émue lorsque le groupe se lance sur Tonton ? On a également eu le droit à des chansons plus anciennes que je n’avais pas eu la chance de voir en vrai (oui, voir des chansons, c’est compliqué je vous l’avoue). Les Fatals Picards ont fait honneur à leur Picardie non-natale avec Picardia Independenza et nous ont rappelé de lointains souvenirs avec La Ferme, chanson fleuve pour enfant (bon sur cette dernière, c’est nous qui avons du donner de notre personne, bien aidés par les paroles qui nous avaient été données). Les chansons plus connues ont eu le droit à une nouvelle instrumentalisation liée au côté acoustique du concert. Mention spéciale à Dans mon verre version hispanico-portugaise !

Jean-Marc et ses baskets venues du futur

Comme à leur habitude, les Fatals Picards assurent avec brio les intermèdes entre les chansons. Et même lorsqu’ils font un bide, ils arrivent à assurer le coup (faut dire que le coup de la reprise de volée, si on n’est pas un peu sportif, on peut passer à côté). Certaines vannes sont préparées, mais l’improvisation garde une place essentielle, même face à un public très sage (ça change de d’habitude). Les membres du groupe en sont même venus à réclamer les habituels « A poil ! » et « Ta gueule ! » qui font le quotidien des concerts. Entre eux, les membres se chambrent gentiment, Yves imitant Laurent à merveille. La proximité avec le public est à son comble. Eux-mêmes l’ont reconnu, ces trois concerts ont été très étranges, pour notre plus grand plaisir.

Gros coup de cœur de la soirée : les quatre reprises (de volée donc) auxquels nous avons eu droit. Paul a repris Je suis un homme de Polnareff que je ne connaissais pas et pour laquelle j’étais persuadée qu’il avait changé les paroles (mais non, Polnareff était vraiment dingue et mégalo en fait). Laurent a comblé mon cœur avec un très joli Rouge-Gorge de Renaud. Quant à Yves, il a rendu hommage à Sanseverino avec une très belle reprise des embouteillages. Jean-Marc lui nous a rappelé que Bernard Lavillier n’était pas qu’un surhomme, mais écrivait aussi de superbes chansons en interpretant les Mains d’or.

Laurent et son stetson, because Stetson are cool (DW reference inside)

Déçu de ne pas avoir pu assister à ces concerts de folie ? Vous pouvez vous rattraper en assistant au prochain concert parisien qui aura lieu au Cabaret Sauvage, à condition d’avoir les préreservations requises. Vous pouvez donc acheter vos places ici

Si vous n’êtes pas parisien, vous pouvez retrouvez toutes les autres dates de concert ici

Si tu ne viens pas les voir en concert, Yves sera très triste!


Rendez-vous sur Hellocoton !
Mélanie

Advertisements
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s