Concert d’Oldelaf à la Cigale : un joli bonbon avec le piquant du Coca !

On a relevé le défi ! Aller à un concert sans quasiment rien connaître de ce que l’on allait voir… Enfin, c’est pas tout à fait vrai hein : Mélanie nous en parle depuis février dernier, connaissant assez bien nos goûts. Bon, on a aussi participé au tournage du clip de «La Tristitude » (allez-y, cherchez nous… Quoi, vous ne savez pas à quoi on ressemble ? Et ben débrouillez-vous !), fait des photos pour l’album… Et peu de passages radio nous ont échappés la semaine dernière… Vierges de tout donc, ou presque ! Faites-le une fois dans votre vie pour une p’tite mélodie qui vous a accroché l’oreille, c’est sympa comme expérience…

La Cigale, samedi 29 octobre. Les trois diamond girls de votre blog sont réunies en vrai, et n’ont qu’une envie : passer une bonne soirée. Alors une bonne soirée, pour nous, c’est du rire, du rire, du rire, du « ça bouge » et surtout du « ça met la gouache ». La loooooongue attente ne fût pas veine. Dans les premiers à entrer dans « le Temple », c’est avec une délectation extrême que nous choisissons des places de reines (dans les théâtres, au temps des rois, la loge au première étage sur la droite de la scène était destinée aux souveraines). Autant dire que les œillades du bassiste, elles étaient bien pour nous (si,si, d’abord ! Et même si non,non, laissez-nous rêver ! Midinette staïle !).

Le stress de la première partie nous gagne. On a tous connu ça, la première partie foireuse, qui s’éternise et qui aiguise d’autant plus ton envie de voir la suite… Mais là, la bonne surprise est au rendez-vous. On se retrouve à revoir un groupe qui nous avait déjà bien plu, il y a quelques années, sans parvenir à identifier le nom… Bon, on ne vous le cache pas, on a passé la moitié du concert à essayer de comprendre le nom du groupe : Lilico ? Lilicup ? Et l’éclair de génie vint de Mélanie : Illico ! Trois violons, un violoncelle, une batterie, un siffleur hors pair, un chanteur, un chapeau, des rythmes endiablés, un tabouret caché dans une robe, un jeu de jambes improbable… Les quatre chansons passent à la vitesse de l’éclair et les voilà déjà partis, nous laissant un goût de trop peu. Illico, si vous nous lisez : on vous aime !

Illico, du très très bon…

Et c’est l’arrivée d’Oldelaf et de ses musiciens sur scène. La salle est au taquet, beaucoup de fans de la première heure qui connaissent tout de son passé, de ses anciens groupes… A la limite trop : ils anticipent les blagues et autres « surprises », du coup ça manque un peu de subtilité parfois. Mais le truc magique, c’est qu’on est tout de suite dedans. Il faut dire que ce qui se passe entre les chansons est un spectacle en soi… Les musiciens ont tous un rôle et s’y prêtent avec bonheur : le batteur ronchon, ancienne gloire du temps de Sardou, les jumeaux aux vies encore plus surréalistes qu’un candidat de télé-réalité, un bassiste en manque d’affection un peu « simplet ». Oldelaf dit être maintenant en solo, mais au final, nous voyons un groupe face à nous et ça fonctionne très bien. Du souvenir que l’on en a maintenant, on a toutes été amoureuses à un moment dans la soirée (bon, notre cœur va au batteur au final ! Ne soyez pas jaloux les autres, vous êtes tous chouchous ^^)

Quel sourire cet Oldelaf!😀

On ne va pas vous énumérer la playlist de la soirée, mais ce qu’on retient c’est que dès la première chanson, jusqu’aux rappels, ils nous ont happées. On aurait voulu chanter comme la foule, on a battu des mains à tout rompre et on a hurlé comme des midinettes face aux Beatles. Pour nous, les heures sont passées comme des secondes, trois sourires greffés en permanence sur le visage. Alors, ça fait partie de la famille musicale qu’on aime : drôle, mais plus profond qu’il n’y paraît, ancré dans le quotidien et poétique par moment, rock’n roll quand il le faut… Bien sûr, on pense aux Wriggles, Volo, les Joyeux Urbains, Debout sur Le Zinc… Mais à aucun moment, on ne s’est dit : « Pffffff encore la même chose ! ». Ce sont de lointains cousins, qui savent tous nous faire rêver, à leur manière.

Bluffées aussi par leur sens du rythme, leur hallucinant titre électro « Barres techno » (un concept chocolaté garanti sans calories et a cappella) ; de vrais musiciens capables de s’échanger les instruments ; et la voix d’Oldelaf, bien plus travaillée et ample que nos premières impressions sur « La Tristitude ». Des thèmes et des textes qui vont plus loin que la blague premier degré : coup de cœur pour « Les filles qui s’appellent Valérie », « Nathalie, mon amour des JMJ », « J’ai chaud», « Le monde est beau », « La jardinière de légumes », « Nancy »…

La grande classe aussi d’Oldelaf, invitant sur scène Illico et son tout premier groupe, les Petits Humains, sur deux titres. Ses parents et le dernier (ou avant-dernier, on n’a pas tout compris) Monsieur D sont dans la salle, et il s’adresse à eux avec une gentille rudesse qui nous montre tellement de tendresse. Et au milieu de tout ça, une demande en mariage d’un fan ayant contacté Oldelaf via Facebook… Bilan de la soirée ? On y retourne le 17 décembre, à Magny-le-Hongre (77) cette fois-ci. Parce que nous, l’amour, ben on aime ça. Et Oldelaf aussi, alors ça tombe bien…

Ca en fait du monde! Oldelaf, ses petits camarades de jeux, Illico et Les Petits Humains😀

Rendez-vous sur Hellocoton !
Stéphanie et Roseline

Site d’Oldelaf, ici. Dates de la tournée,

Cet article, publié dans Musique, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Concert d’Oldelaf à la Cigale : un joli bonbon avec le piquant du Coca !

  1. Antoinedr dit :

    Et oui c’est moi qui est fais la demande en mariage a la cigale a cette super soirée qui restera a jamais dans ma mémoire. Vive Oldelaf et oui le monde est beau.

  2. Ethrinn dit :

    En fait le 1er et le 3ème Monsieur D. étaient dans la salle (c’est con, moi je préférais le 2ème :p ).
    Quant aux fans qui anticipent les vannes j’ai toujours trouvé ça con de gâcher le spectacle à des centaines de personnes pour juste montrer que toi t’es un vrai de vrai qui a déjà vu le truc 40 fois, et en plus ça fait chier les artistes (genre au concert d’adieu a l’olympia pendant le sketch du « gros ours » un mec gueulait toutes les réponses du dialogue entre oldelaf et le gros ours, il a eu droit a un « c’est bon on connait les réponses ca fait 10 ans qu’on fait ce sketch » assez sec).
    C’était d’ailleurs ma crainte au concert privé au Gibus, mais ça c’était très bien passé, sans relou particulier et même avec un excellent public (« meilleur » qu’à la cigale pour le coup).

    A noter aussi les merveilleuses musiques d’attente d’avant concert, des reprises par oldelaf et sa bande de titres mythiques comme Zombie des Cranberries (dans une version francisée « Mort Vivant »)

    • Je suis une fan mais j’ai beaucoup de mal avec une partie des fanbases. On a toujours des boulets comme ça, l’alcool aidant souvent (souvenirs de concert des fatals picards….). Généralement, je monte au balcon pour éviter ce genre de crétins. De mon coté, j’avais fait très attention à ne rien spoiler aux filles pour qu’elles profitent à mort.

      C’est vrai qu’au Gibus le public était vraiment très bon et respectueux. J’en étais ressortie pleine d’amour.

      Quant aux reprises j’ai adoré. Tu crois qu’il existe un enregistrement?

  3. Phil Siné dit :

    waouh ! oldelaf, j’adore !! nathalie mon amour des jmj, un grand hymne en puissance !🙂

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s