Spaced – Quand une vieille sitcom met toutes les sitcoms récentes au placard

L’été c’est toujours un peu la dèche niveau séries. C’est aussi le moment de faire de jolies découvertes sous la pression des conseils d’amis sériphiles. Cet année, portée par le battage médiatique londonien, je me suis tournée vers une sitcom anglaise relativement ancienne : Spaced. Vous me permettrez de garder le titres anglais parce que Les Allumés, ça craint un peu quand même.

Spaced est une sitcom brittanique diffusée en 1999 et 2001 (ouais j’ai pas mal de retard) réalisée par Edgard Wright avec Simon Pegg et Nick Frost. Ça y est vous avez déjà envie de la regarder?

Tim Bisley (Simon Pegg) et Daisy Steiner (Jessica Stevenson) sont deux jeunes londoniens à la recherche d’un appartement. Ils décident de se faire passer pour un couple pour obtenir un appartement. Ils vont donc vivre dans le même immeuble que Marsha (Julia Deaken), leur propriétaire portée sur l’alcool, et que Brian (Mark Heap) artiste torturé. A côté d’eux, on trouve aussi leurs meilleurs amis respectifs : Mike (Nick Frost) un fana d’armes et Twist (Katy Carmichael) fashion victime.

Spaced utilise les ficelles habituelles des sitcoms: un groupe de copains, un garçon, une fille, des seconds rôles flippants et une certaine dose de clichés. Mais Spaced, c’est beaucoup plus que cela. C’est surtout une sitcom réalisée avec une grande originialité. Edgard Wright se fait plaisir en cassant les codes habituels de réalisation de la sitcom et à en jouer: la relation Tim/Daisy est particulièrement fascinante à ce sujet. Pas de rires ajoutés. Une réalisation très rythmée, une belle utilisation de métaphores visuelles. Tout ça donne une véritable modernité à cette série pourtant ancienne.

Et puis Spaced, c’est une série geek. Ouais, avant que ce soit la mode. Tim bosse dans un comic store et voue un culte à Star Wars. Il passe ses journées à jouer aux jeux vidéos. Daisy, elle, est journaliste mais lutte pour travailler. On est face à des adulescents. La série a plus de dix ans et pourtant elle raisonne définitivement moderne. Et ce, même si Daisy utilise une machine à écrire et qu’on ne parle quasiment pas d’Internet.

Alors oui quelques références sont un peu dépassées mais les personnages sont tellement attachants qu’on ne voit pas passer les 2 saisons de 7 épisodes.

Et puis comme toute bonne série britannique, vous aurez le droit au fameux « hey mais je l’ai vu dans quoi lui déjà? ». Et puis au pire vous vous contenterez de baver devant Simon « Hot » Pegg.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mélanie

Cette entrée, publiée dans Séries, est taguée , , , , , , . Bookmarquez ce permalien.

7 réponses à Spaced – Quand une vieille sitcom met toutes les sitcoms récentes au placard

  1. Mat dit :

    Meu non, l’été, ce n’est pas la dèche question série! la preuve : Breaking Bad, Continuum, Warehouse 13, Wilfred, Alphas, futurama, Tron Uprising, Louie, Grimm qui reprend la semaine prochaine…
    C’est juste un poil plus calme.. C’est malin, va falloir que je testes ça maintenant..

  2. Vincent dit :

    Encore une découverte de Mélanouille qui a l’air trop bien.
    C’est pas juste. Un de ces jours, c’est moi qui te ferai découvrir une série et là on verra qui c’est que ça rigole !

  3. Gaëlle dit :

    Merci pour cette découverte. Moi qui suis anglophile convaincue et qui ai une prédilection pour les séries anglaises et leur humour décalé (Fawlty Towers, Misfits…), il va falloir que je trouve celle là!!

  4. Hysteria dit :

    Hahaa ! j’ai découvert cette série il y a 2 ans, et c’est vrai qu’elle se regarde super vite ! Mais elle est tellement référencée aux années 90 que c’est un régal que de me re mater les épisodes quand j’ai trop vu de South Park, Scrubs, Weeds, Breaking Bad … et tant d’autres !
    Et c’est vrai que tous les personnages sont hyper attachants :)) Je le conseille vivement, cette série est vraiment géniale !

    (Ce qui est rigolo de savoir, c’est que pas mal des petits rôles que l’on découvre dans cette série (les clients du Winchester par exemple) , sont aussi des figurants ou petits rôles dans "Hot Fuzz", ou "Shaun of The Dead", le plus bel exemple , l’actrice Jessica Stevenson que l’on aperçoit à 3 reprises dans "Shaun of the Dead". Je ne vous en dit pas plus, regardez bien :)

  5. yeles dit :

    Rah Spaced… Qu’est-ce que j’ai pu rigoler devant cette série. Ils sont tellement attachants. Il est clair que je me suis facilement identifiée à eux (en même temps, j’ai sensiblement le même âge qu’eux) et purée, tous les guests de malade (y’a un craquage de nuque qui me fera toujours craquer ^^)
    Contente que ça t’ai plu en tout cas. J’en ai d’autres à conseiller dans mon chapeau hein ;)

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s