Plus encore que la vie, d’Amy Plum: mon retour réussi à la littérature "young adult"

Le nom d’Amy Plum ne m’était pas inconnu, même si je n’arrivais pas à retrouver d’où… Tout m’est revenu à la convention autour de la série The Vampire diaries, Welcome to Mystic Falls 2 (qui a eu lieu les 26 et 27 mai derniers à Paris), à l’occasion de laquelle j’ai pu faire mon câlin à Ian Somerhalder. Oui. Je ne m’en suis toujours pas remise, surtout qu’il y avait également Paul Wesley (Stefan !) et sa femme, qui est également dans la série, l’adorable Torrey De Vito (Meredith). A part les activités organisées autour des acteurs, il y a également eu plusieurs conférences d’auteurs de littérature fantastique, dont celle avec Amy Plum, l’auteur d’un livre récemment sorti chez Macadam, Plus encore que la vie (Die for me en VO)…

Prologue: La première fois que j’avais vu la statue surmontant la fontaine, j’ignorais qui était Vincent. Maintenant, quand j’observais la silhouette éthérée de ce couple de pierre – l’ange au visage dur, fermé, enlaçait la jeune femme, qui n’était que douceur et lumière –, son symbolisme ne m’échappait plus. L’expression de l’ange semblait éperdue, exaltée, mais dénuée de tendresse. Comme s’il espérait qu’elle le sauverait et non l’inverse. Et soudain, le surnom que me donnait Vincent, « mon ange », me vint à l’esprit. Je frémis, mais le froid n’y était pour rien. Jeanne disait que notre rencontre avait métamorphosé Vincent. Qu’elle lui avait redonné vie. Attendait-il aussi que je sauve son âme ?

Ce roman est classé dans la catégorie « Young Adult » (romans pour adolescents en VF). Alors je vous arrête tout de suite, parce que je sais le cheminement que vous êtes en train de faire dans votre petite tête… Et ça commence par « Mais c’est pas que pour les gamines, ça ?! » Oui, oui, j’ai pensé la même chose. Puis j’ai écouté Amy Plum nous parler, dans un français presque parfait, et nous raconter sa vie d’écrivain, l’histoire de ce livre et de ses personnages. Et il se trouve que cette jolie Américaine m’a touchée. Ouais, carrément. Je me suis dit que j’avais très envie de découvrir les livres de cette personne si chaleureuse, qui a réussi à enthousiasmer une salle pleine de filles en folies, ce qui était compliqué rapport à la présence des deux messieurs cités plus haut…

J’ai donc été me procurer le livre. Je l’ai commencé, un peu blasée, certaine que je connaissais déjà ce que j’avais sous les yeux. Mes goûts littéraires couvrant une palette trèèèès large (ça va des auteurs contemporains asiatiques à la Chick-Lit, en passant par Guillaume Musso…), je pensais que bon, un livre pour midinette n’aurait rien de surprenant pour moi. Et vous vous doutez bien que si je vous en parle aujourd’hui, c’est que je me suis trompée. J’ai été hâpée par l’histoire après quelques pages, je me suis attachée aux personnages rapidement, et j’ai retenu mon souffle plusieurs fois. Au final, je n’ai pas lu l’histoire que je pensais lire. Alors bien sûr, on retrouve les éléments de bases connus et communs à beaucoup de livres pour adolescents : la jeune héroïne, après un événement marquant de sa vie, voit cette dernière autrement, et croise la route d’un mystérieux étranger… Oui, oui, ok : on connaît. Mais c’est tout. Et puis il y a certains « points fixes » nécessaires pour s’y retrouver, et surtout pour s’identifier à la jeune héroïne. Bon. Moi, avec mes 30 ans, je me suis identifiée avec un « léger » décalage. Mais le plaisir est resté le même. Kate est attachante, pas énervante, et ses réactions totalement compréhensibles, vu la situation dans laquelle elle se retrouve. Vincent est… Ahlalalalala… Vincent ! Je vous laisse le plaisir de le découvrir !

Je me suis posée des questions : « Mais Stef’, mais qu’est-ce qui t’arrive ? Tu nous refais ta crise d’ado ??? ». Et puis finalement, non. Surtout qu’en réponse d’un de mes commentaires laissé sur son blog, Amy Plum elle-même m’a dit que j’avais l’âge parfait pour m’amouracher de ses héros (oui, parce que y a pas que Vincent qui est charmant..^^) ! Je ne vous raconte pas l’histoire, parce qu’un de mes plaisirs a été de découvrir l’intrigue, et surtout la nature particulière de Vincent. Si vous pouvez vous retenir, n’hésitez pas à « squizzer » la quatrième de couverture également.

Quand je pense que moi, mes livres pour ados (même si je lisais beaucoup d’autres choses à côté, heureusement !), c’était la série du Club des Baby-sitters… Je ne renie rien, mais je me dis que les ados d’aujourd’hui ont de quoi lire et c’est tant mieux ! Donc si vous avez envie de vous faire plaisir cet été, ou si vous connaissez une jeune fille dans votre entourage qui a aimé Twilight (moi j’ai pas aimé, mais bon, c’est pour délimiter un peu la cible) ou qui est fleur bleue mais pas neuneu, choisissez Plus encore que la vie. Moi, je l’ai dévoré aussi vite que j’ai pu, et j’attends la suite (déjà parue aux USA: Until I Die) avec impatience.

Vite, vite, vite petit traducteur de chez Macadam : TRADUIS !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Stéphanie

Cette entrée, publiée dans Lectures, est taguée , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien.

3 réponses à Plus encore que la vie, d’Amy Plum: mon retour réussi à la littérature "young adult"

  1. Sam dit :

    Attendre désespérément notre photo avec ces beaux gosses n’aura pas été inutile… Dès que j’ai un moment je fonce l’acheter!! ;)

  2. Ping : Six Impossible Things Before Breakfast | Amy Plum

  3. Ping : Lots of little things | Amy Plum

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s