Happy New Year !

New York, le 31 décembre 2011 : la journée et la soirée d’une vingtaine de personnes se croisant, s’évitant pour certains, tous avec l’envie (ou non) de fêter l’arrivée de la nouvelle année. Et surtout,  c’est l’heure de faire le bilan et de « réparer » certaines erreurs de l’année écoulée…

Carnage en cuisine, mais pourquoi?

Histoire simple, un post-it (ou presque) suffit.

 Alors comment vais-je poursuivre ? Si ça ne tenait qu’à la première partie du film, je vous dirais direct d’attendre une diffusion télé, un soir de cerveau débranché, de préférence à la période des fêtes et avec peu d’ambition. J’ai longtemps pensé hier soir que cette belle brochette d’acteurs s’était payée leur cadeau de fin d’année : un tournage sympatoche, en oubliant trop vite que des gens viendraient voir le résultat et surtout payeraient pour ça. Le début est poussif, l’installation des personnages peu fine et on voit à des kilomètres où tous vont finir. On est bien d’accord qu’allant voir une comédie de fin d’année, la légèreté est de mise. Mais faut pas pousser mémé dans les orties, non plus! Heureusement qu’il y a plusieurs histoires d’ailleurs, car celles qui sont « bonnet de nuit » sont rattrapées par des duos qui, d’emblée, fonctionnent bien. Mention spéciale à Michelle Pfeiffer (à contre-emploi en secrétaire hyper-émotive-coincée) et Zack Efron en beau gosse horripilant. Voilà, le problème de ce film, c’est un truc que je marque souvent dans les livrets de mes élèves : « irrégulier », « un début fragile ». J’attendais plus et mieux d’entrée de jeu de la part de Garry Marshall, réalisateur du cultissime  Pretty Woman.

Zack Efron, qui a bien grandi depuis HSM ;)

Mais, car il y a un mais, l’élève est besogneux et nous rattrape totalement quand la nuit tombe enfin. D’un coup, les pièces du puzzle se mettent en place et surtout un invité surprise fait enfin son apparition : l’humour ! Et oui, une comédie sans humour pendant de longues scènes, ça fait bancal ! Alors, le rocker qui veut reconquérir le cœur de sa belle chef cuisto, le couple accouchant (oui, oui, vraiment le père est très impliqué!) pour gagner la prime de l’hôpital, le mourant voulant voir une dernière fois la boule de Time Square tomber, l’héritier ayant un mystérieux rendez-vous fixé un an plus tôt et la mère se débattant avec sa jeune ado amoureuse pour la première fois, tout ça, d’un seul coup, retient notre attention.

Maman d’ado, pourquoi ça ne fait pas rêver ?

Et ce n’est qu’une partie des intrigues. De là, j’ai ri, j’ai pleuré de joie et d’émotion et j’ai surtout senti la salle autour de moi heureuse. Oui, la période est propice à ça, alors si ça vous tente, ne boudez pas votre plaisir. Et le plus beau, c’est que tout n’était pas écrit comme je le pensais. Pas de très grandes surprises non plus, mais de quoi me faire sourire et un peu plus, tout de même.

Lea Michele et Ashton Kutsher, plus détendus que coincés dans leur ascenceur…

Niveau casting, l’affiche est impressionnante : « Il va y voir plus de people ici qu’en désintoxe ! ». Ce n’est pas moi qui le dit, mais Katherine Heigl, dans le film. Et par petites touches, on voit qu’ils se moquent d’eux-mêmes, du système. Et il est de bon ton de mettre des taquets à Facebook et à la télé-réalité. Allez, même si la liste n’est pas complète : Zack Efron (High school musical, Hairspray), Ashton Kutsher, Lea Michele (Glee), Robert De Niro, Hillary Swank, Michelle Pfeiffer, Jon Bon Jovi, Jessica Biel (7 à la maison), Sarah Jessica Parker (Sex in the city), Halle Berry… Quand je serai grande, je serai Halle Berry. Peu importe que je ne sois pas noire, c’est ça que je veux être !… Et j’en oublie des tonnes. Sans compter les apparitions de beaucoup de stars du petit écran, telle Alyssa Milano (Madame est servie, Charmed) ou John Stamos (La fête à la maison, Urgences), qui déclenchaient des chuchotis partout dans la salle. Très drôle d’écouter les gens chercher d’où ils connaissent telles ou telles bobines. Encore plus quand ils ne sont pas d’accord entre eux. Le film de la discorde alors ? Non, juste un film choral qui fait plaisir et qui fonctionne au diesel, trouvant enfin son rythme de croisière vers les dénouements. Dommage. Mais alors, le générique de fin est un petit bonheur ! :D

Mon idéal féminin ^^

Rendez-vous sur Hellocoton !

Roseline

Happy New Year, de Garry Marshall, avec tout plein de gens ;), sortie DVD et Blu-ray le 23 mai 2012

Cette entrée, publiée dans Films, est taguée , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien.

3 réponses à Happy New Year !

  1. Roseline dit :

    Dites-donc, je viens de percuter: Abigail Breslin, la petite inoubliable de Little Miss Sunshine (à voir absolument), a sâcrément bien grandi…oublié dans l’article, je me rattrape :D

  2. Doudoute dit :

    merci d’avoir réalisé une recette, ça fait plaisir ! tu peux m’envoyer les photos si tu as le temps, parce que je dois tout publier sur mon blog après vos publications dans la semaine du 9 janvier me semble t-il. delectationculinaire@hotmail.fr

    merci encore :)

Alors, vous en pensez quoi? ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s